Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 21:06

img041107-1214.jpgIl n'est pas sûr que les oiseaux de mauvais augure aient toujours raison lorsqu'ils affirment par exemple d'une seule voix que les islamistes vont "probablement" prendre le pouvoir en Egypte (certains parlent même de la...Tunisie) ; même Netanyahu n'en est pas sûr, après en avoir parlé avec  son ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, car celui-ci place plutôt le débat là où il faut en expliquant que les troubles qui secouent l'Egypte sont "la meilleure illustration de ce que nous avons prétendu depuis de nombreuses années, à savoir que le conflit israélo-palestinien n'est pas la pièce centrale qui déstabilisera les états arabes modérés''.

Et pour aller encore plus dans ce sens, ne convient-il pas mieux de passer à l'offensive, ouvrir un nouveau front, (comme l'avait fait Sharon en 1973) au lieu de montrer seulement sa peur sur les traités de paix qui ne seraient plus honorés ? Car agir ainsi est le meilleur moyen de signifier sa fragilité et de renforcer au contraire les aventuristes qui ne sont pas tous islamistes au sens d'aujourd'hui (Nasser était-il salafiste ?).

Quelle offensive ?

Ne serait-il par exemple pas possible que le Président israélien, plus neutre en la matière de part sa fonction, dise un jour ceci (dans une interview à Al Jazeera) :

" il était très agréable de voir une messe chrétienne se tenir sur la Place de la Libération du Caire ; il serait aussi très agréable de voir une cérémonie juive, un commentaire de la Thora Place Tahrir, et alors là oui nous pourrions espérer en un renouveau démocratique en Egypte..."

Puis après avoir repris son souffle Peres ajouterait :

" pourquoi n'est-ce pas possible ? Parce que des centaines de milliers de juifs ont été obligé de partir d'Egypte, d'Irak, de Syrie, d'Algérie... Ils n'avaient pourtant rien fait... Ils étaient là depuis des milliers d'années...Je sais que vous avez en tête le fait que des centaines de milliers de palestiniens sont partis de Palestine en 1948...parlons-en, mettons toutes nos cartes sur la table, parlons-nous, expliquons-nous, essayons de comprendre pourquoi des centaines de milliers de juifs ont dû partir, et pourquoi des centaines de milliers de palestiniens l'ont fait alors que, nous ne voulions pas qu'ils partent, vous ne le saviez pas ?... Mais vous, dites-moi, pourquoi vouliez-vous que vos frères juifs partent ainsi du jour au lendemain, discutons-en puisque vous vous dites désormais démocrates, puisque vous voulez tourner la page de la dictature, repartons de zéro, parlons franchement, ne laissons pas les ennemis de la paix, les anges de Shetan (du diable), empêcher de nous parler". 

Ce serait incroyable non ? Qu'Israël mette ainsi les pieds dans le plat en ce moment même, en demandant que des Juifs puissent aller prier Place de la Libération au Caire, en proposant une discussion sur "les" réfugiés des deux bords...

Que faire sinon ? Exige que Mubarak reste au risque de renforcer l'idée qu'il est la marionnette d'un complot américano-sioniste ? Les jeunes du 6 avril empêchent pour l'instant que ce discours se pérennise. Pour combien de temps? Voyez que l'on peut fort bien renverser l'ordre des priorités dans l'analyse des perceptions... C'est maintenant que la fenêtre d'opportunité est en train de s'ouvrir. Maintenant. Sur le marché de mon quartier à Lyon des Tunisiens me vendaient des oranges de Jaffa, et ils (en) étaient fiers.

De l'audace, toujours de l'audace disait Patton, et en français en plus...

PS : Il faudrait aussi qu'une messe et une lecture juive de la Parole puissent se faire aussi à Kabul, que les soldats occidentaux ne meurent pas pour rien, alors que des Afghans sont poursuivis pour leur foi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires

Thot Har Megiddo 08/02/2011 17:22


"En fait, le problème vient de la confusion de deux phénomènes : la démocratie et les droits de l’homme. Or, l’une n’implique pas l’autre. Si, à la renaissance, on avait demandé aux Français si
l’on pouvait persécuter les chrétiens protestants, ils auraient répondu par l’affirmative à une écrasante majorité, y compris sur la possibilité de la torture ou du bûcher. Mais nos intellectuels
ne veulent pas voir que ces deux concepts sont indépendants."
http://www.jacquesthomet.com/2011/02/06/obama-nouvel-imam-avant-la-chute-de-lempire-amricain-face-lislam/#comments