Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 20:56

Janet.jpegRevenir à l’œuvre du psychologue Pierre Janet,  contemporain et ami de Henri Bergson[1], ce n’est pas faire œuvre de nostalgie puisque les nouvelles pratiques thérapeutiques en matière mentale, qui sont structurées autour des idées de trauma et de dissociation[2], c’est-à-dire de désintégration, donnée, de la conscience pouvant amener à un dédoublement, incontrôlable, de la personnalité, s’en réclament de plus en plus ouvertement. C’est le cas pour l’European Society for Trauma and Dissociation[3] (ESTD), affiliée à l’International Society for the Study of Trauma and Dissociation[4], (ISSTD). L’intérêt d’un tel retour, très perceptible à l’étranger (en particulier au Japon, en Allemagne, au Canada, en Hollande, en Russie, aux USA) pourrait être accéléré en France parce que les travaux de Pierre Janet semblent bien répondre aux insuffisances de diagnostics repérables dans certaines récidives meurtrières récemment mises en exergue dans l’actualité ; en particulier les violeurs de joggeuses[5]. L’un d’entre eux a par exemple indiqué qu’il ne pouvait pas se contrôler lorsque la « pulsion » arrivait[6].

Un diagnostic « janétien » serait (peut-être) le suivant : cet individu, en situation pulsionnelle, signifie qu’il devient dissociatif au dernier degré, or, du fait de son antécédent en matière de viol, il s’avère être dangereux ; à la fois pour lui-même, et pour autrui : ce qui implique l’impossibilité de le laisser en liberté, du moins tant qu’il n’aura pas été durablement traité. Il n’est donc pas possible de seulement l’intimer, même pénalement, à consulter.

 "La plupart des auteurs contemporains hésitent également à enfermer les obsédés : il est incontestable que le plus souvent l’internement véritable peut et doit être évité. Cependant il est quelquefois nécessaire de les retirer de leur milieu, il faut leur créer un milieu artificiel plus simple que les milieux naturels et il faut souvent recourir pendant quelques temps sinon à un internement complet, au moins à un isolement relatif". [7]

Pulsion et impulsion

Un tel diagnostic implique de bien préciser les termes que l’on emploie, et l’on voit bien que ce n’est pas seulement sémantique : une impulsion est contrôlable, pas une pulsion qui se propulse selon le stade quasi mécanique (automatisme[8]).

(PS : Ce texte est l'extrait d'un de mes articles scientifiques).

[1] Bergson parraina son entrée au Collège de France, et fut son collègue à l’Académie des Sciences Morales et Politiques.

[2] Selon le Docteur Yves Thoret, maître de conférences, (laboratoire de psychopathologie de l'identité, de la pensée et des processus de santé, université Paris X), on peut distinguer « dans les travaux de Pierre Janet, quatre fonctions au mécanisme de dissociation : la désagrégation, qui sépare du psychisme les phénomènes qui échappent à la conscience, la recomposition réversible, par laquelle les représentations dissociées se regroupent à nouveau et peuvent former une nouvelle personnalité, l'enfouissement du souvenir traumatique pathogène et enfin, l'effet bénéfique d'une action clinique, qui vise à modifier activement le souvenir de la scène traumatique, en modifiant directement son contenu. (…). Le mécanisme de dissociation mérite d'être distingué de celui de refoulement et d'être étudié pour lui-même dans les diverses organisations pathologiques, en se basant sur l'hystérie.  » in L'Évolution Psychiatrique, Volume 64, Issue 4, October-December 1999, Pages 749-764.

[6] « L’homme n’a pas donné d’explication précise à son geste, “il ne comprend pas lui-même ce qui l’a poussé à faire ça” » : http://www.au-troisieme-oeil.com/index.php?page=actu&type=skr&news=31171 ; voir aussi : http://www.clicanoo.re/11-actualites/16-faits-divers/262798-huit-ans-d-emprisonnement-pour-le.html ;

[7]Pierre Janet, Les obsessions et la psychasthénie, (1903), Paris, L’harmattan, Tome II, volume I, 2005, p. 702.

[8] Pierre Janet, L’automatisme psychologique, (1889) Paris, éditions Odile Jacob, 1997.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib
commenter cet article

commentaires

scaringella 07/02/2011 14:33


On comprendrait bien mieux ces personnes en utilisant les modeles eprouves cliniquement de la theorie du Pr Gagnepain de Rennes.

Le cas laettita est il du a un pervers ou a un psychopathe ?

Un pervers s'en prend a la propriete d'une autre personne et donc aussi a son corps (viol). Un cambriolage est tjrs vecu comme un viol (de l'inti,ite). Le pervers a une startegie, s'organise et est
tout a fait responsable.

Le psychopathe ne peut resister a son desir (auto-castration) et celui-ci peut s'exprimer dans plein de champs differents.

La pulsion est d'ordre organique et a part cas particuliers tous le monde regule ses pulsions et la seule solution c'est la chimie.

Le desir est d'ordre culturel et s'est l'education qui apprend a les maitriser. La reeducation est possible.

Alors l'obsede est il pervers ou psychopathe ??

La grille d'analyse est complexe et necessite bcp d'informations pour etre utilisee. Ce n'est surement pas les infos des journaux qui permettent de trancher.