Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 09:28

645818 une-photo-de-laetitia-perrais-affichee-a-pornic-devaC'est la philosophie dominante de tout le système judiciaire qui est en cause, basée sur l'idée de société criminogène c'est-à-dire d'identification du délinquant à un déviant un dissident luttant contre l'ordre dominant. Cette philosophie se nomme "défense sociale nouvelle". Foucault l'a vulgarisé avec l'idée qu' "il faut défendre la société" contre le contrôle social ("l'enfermement") des institutions.

Cette "défense sociale" véhicule par exemple que les idées mêmes de délinquant, de responsabilité doivent être remises en cause (par exemple chez Philippe Gramatica) ; et  Robert Badinter en a été l'un des praticiens illustres, de même que Mireille Delmas-Marty .

Actuellement c'est Laurent Mucchielli qui en est l'interprète à la mode, par exemple en confondant  criminologie et sociologie pénale (voir Criminologie de Raymond Gassin sur ce sujet précis, article n°60) afin de substituer cette dernière à la première et dont il serait le nouveau Bourdieu (qu'il cherche à remplacer). 

Dans ce contexte la prison doit seulement aider à se réinsérer, et plus le pénalisé se tient bien, plus sa peine en est automatiquement réduite, d'où d'ailleurs la contestation sur ce point qui peine à faire surface...

Tony Meilhon a bénéficié de la philosophie de ce système posant la société comme criminogène, le délinquant comme révolté, la prison comme réinsertion, alors qu'il était considéré comme dangereux (mais cette qualification n'a pas été retenue) il en a bénéficié alors qu'il aurait dû être suivi dès le départ comme sujet violent,. Or, il n'a pas eu de suivi spécial donc ses crimes ont été minorés comme les autres délinquants. Remontons en amont. Il y avait la plainte de son ex-petite amie pour agression sexuelle et menace de mort. L'avocat de la famille de Laëticia ajoute ensuite qu'il a fait état de sept plaintes à son encontre. Revenons en 2001. Pourquoi cette date ? Tony Meilhon a certes 17 ans mais il est condamné à cinq ans pour viol dont deux avec sursis, il en sort en 2003 sans suivi spécifique psychiatrique qui aurait exigé de le garder dans un endroit spécialisé le temps d'analyser son comportement. Au lieu de cela il fait plusieurs braquages avec violence et au lieu d'écoper 20 ans il en prend six selon Europe 1, trois selon l'Institut pour la Justice...

Conclusion : certes, il y a un problème de moyens, d'autant que le budget de la Justice ne serait que de 0,19% du budget global de la Nation alors que celui de la Culture frise les 1%... Mais on voit bien à lire ci-dessus qu'il ne s'agit pas seulement de cela : il faut donc tout remettre à plat, à commencer par refuser les remises automatiques de peines afin de responsabiliser et non pas seulement personnaliser la peine, et il faut aussi redéfinir les suivis des délinquants en matière sexuelle, (ce qui implique de savoir faire la différence entre impulsion et pulsion...). Du moins s'il s'agit de défendre (réellement) la société...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires