Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 10:29

imagesQuand j'entends certains libéraux/libertariens espérer en la victoire de Ron Paul, je me dis qu'enfin leur idéalisme va exploser en plein vol quand ils verront que l'isolationnisme et le rapatriement des forces militaires qu'il prône ne protégera ni la Corée du Sud, ni Taïwan, ni le détroit d'Ormuz ni, surtout,…les USA pas plus que Pearl Harbor ne l'avait fait… La cause des guerres contemporaines n'est pas nécessairement due au "complexe militaro-industriel" comme le croit Ron Paul adoubant ainsi les propos de l'extrême gauche américaine et mondiale sortis de la bouche de Noam Chomsky leur guru. La charge violente des libertariens contre les néoconservateurs à propos de la guerre contre Saddam (j'en ai fait l'expérience à…Lyon) montre s'il en est qu'ils partagent peu ou prou les illusions pacifistes des idéalistes voyant dans les problèmes du monde juste un défaut de liberté et un excès d'Etat alors qu'il s'agit surtout d'un désir de puissance du moins concernant la guerre : Saddam était en état de liberté absolue dans son désir de régenter la région et de devenir le leader de la Ligue arabe contre Israël… Qu'il y ait eu cependant des erreurs dans cette guerre, du moins jusqu'à Petraeus (qui a adopté une méthode, française, de contre-insurrection) n'enlève en rien le fait que la destruction de l'appareil baathiste a "libéré" deux enjeux d'importance : les peuples asservis par le nationalisme arabe se sont rebellés mais en même temps une partie d'entre-eux, suite à la faillite spirituelle du tiersmondisme marxiste, pensent que l'islam -surtout authentique jusqu'à détruire les pyramides d'Egypte (ce qui ne serait pas nouveau : ainsi le calife Al-Mamoun) après avoir détruits les trois statues géantes du Bouddha en Afghanistan- reste la solution alors qu'il est la source du problème, du moins lorsqu'il se veut pleinement politique (la diffusion de l'imprimerie a été empêchée non par l'occident impie mais l'islam très pieux).

La destruction de Saddam a confirmé ce paradoxe (révélé après la défaite nassérienne de 67 et la prise du pouvoir khoméniste en Iran de 79) qui, au même titre, que le dernier chant du cygne de l'Etat Providence en Europe, montre les islamistes tenter coûte que coûte de se tirer de leurs propres sables mouvants par les cheveux , ce qui reste encore physiquement impossible ; sauf d'un point de vue nucléaire… (on verra d'ailleurs d'ici un an ou deux si les leaders iraniens réitéreront le coup de 1948 en demandant aux palestiniens de s'éloigner s'ils ne veulent pas être irradiés). Reste les tentatives turques d'en montrer une image rénovée ; sauf que la société turque ne veut pas tant que cela de la charia ; aussi le leader islamique s'ébroue en politique étrangère pour donner le change. D'ailleurs, il est bien regrettable qu'en France un certain "chercheur" le dénommé Bayart puisse énoncer à C dans l'air (du 30 décembre 2011) concernant la réfutation du génocide arménien qu'Israël non plus n'a pas reconnu la "grande catastrophe de 1948" (sic) une comparaison qui fait froid dans le dos non seulement lorsque l'on connaît l'immense mensonge de ce propos mais surtout lorsque l'on se dit que si les amis de ce Bayart venaient au pouvoir (au même moment que Ron Paul par exemple…) ladite grande catastrophe risque bien d'arriver… mais dans le sens contraire. Son propos est en fait significatif de l'illusion islamo-arabiste qui structure l'autre versant de l'idéalisme, celui de l'humanisme abstrait et du relativisme culturel voyant soit dans l'Occident le mal principal, soit dans le "dévoiement" de l'islam la source des difficultés.

Cette cécité est largement partagée. On le voit bien en Syrie où la lamentable "ligue arabe" met à la tête de sa délégation un tueur soudanais et raconte partout que tout va bien alors que les assassins d'Assad ont massacré bien plus que ce qui est mis sur le dos d'Israël depuis plus de vingt ans. Ce qui craque ici c'est au fond le vernis également arabiste malgré les tentatives gauches de l'idéalisme mondial, par exemple le dernier éditorial du Herald  International Tribune (30 décembre 2011) qui somme Israël de négocier avec le Hamas puisque celui-ci en faisant la paix avec le Fatah cherche à arracher Israël de sa terre via l'opinion mondiale et des émeutes sur le terrain, tout en maintenant toutes ses revendications surtout le droit au retour des…7 millions de réfugiés supposés.

Des émeutes qui sont également programmées en France, peu importe qui gagne en 2012, tant la gentry alterislamiste (rouge verte brune) veut en découdre avec la République française dont le nom même est considéré désormais comme une attache (néo)réactionnaire (au même titre que les notions de "France" et de "genre"). il suffirait par ailleurs que la crise de la finance publique s'accentue pour que le gel des prestations ou leur diminution soit l'étincelle qui embrase la plaine dans nos banlieues que le monde nous envie. Il n'est pas sûr qu'un Sarkozy, pis, un Juppé, soient à la hauteur de jeu tant ils ont alimenté le feu, malgré leur actuelle apparence de pompier (pyromane). Ne parlons pas du reste de leur politique : les faits parlent d'eux-mêmes. Qui alors serait à même de relever le gant ? No lo so. Le FN ne fera que fausser l'effort à faire tant ses ennemis malgré leur responsabilité tenteront de sauver leur peau en reconstituant un fallacieux conseil national de la résistance contre lui. Mais il est vrai que le processus révolutionnaire en marche trouvera ses vrais leaders le moment venu en balayant ce genre de digues artificielles.

Alea jacta est !

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:54

rubon231-58136.jpg1/Le sac de l'ambassade d'Israël au Caire 

Ne pas se tromper de cible : dire que sous Mubarak c'était mieux et qu'il aurait fallu plutôt écraser la révolte pour protéger Israël est non seulement une ineptie mais une erreur stratégique : tôt ou tard le pouvoir aurait utilisé cette soupape, Israël, pour sauver sa peau, et s'il le fait aujourd'hui (car le clan militaro-nationaliste auquel appartient Mubarak est toujours aux commandes) c'est bien pour garder le pouvoir.

Profitant de la double conjonction voyant la Turquie revenir vers ses prétentions ottomanes et les clans nationalistes dits palestiniens exiger leur reconnaissance à l'ONU, le pouvoir en place au Caire inaugure sa fraîche alliance avec les Frères musulmans pour marquer quelques points significatifs sur un camp démocrate isolé malgré sa force qui a chassé Mubarak. Car celle-ci reste éparpillée, urbaine et juvénile, tandis que les islamistes, qui avaient pris le train en marche en janvier, se renforcent aujourd'hui, aidés par la frange nationaliste nassérienne militariste qui vient d'envoyer ses hooligans à l'assaut de l'ambassade israélienne.

Le rôle d'Israël et de ses soutiens devrait viser à renforcer le pôle démocrate en amorçant un (long)cycle dit "cartes sur table" sur la démocratie dans la région, le développement économique, le lien entre vérité et histoire à propos des réfugiés juifs et arabes.

Au lieu de rester sur la défensive et claironner "je-vous-l'avais-bien-dit", il serait temps de prendre l'enjeu des révoltes en Afrique du Nord et au Proche Orient (révolte démocratique et berbère en Libye en attendant l'Algérie, le Maroc...), révoltes qui sont  la conséquence de la chute de Saddam Hussein c'est-à-dire de cette dernière carte du nationalisme arabe avide de puissance, que la Turquie de plus en plus islamisée cherche à récupérer. Si Israël veut passer à l'offensive puisqu'il sait que c'est le conflit judéo-arabe qui bloque le jeu géopolitique dans la région, il serait bon qu'il englobe ce conflit dans son enjeu supérieur, celui de la paix par le développement et la démocratie. Afin de ne rien lâcher, légitimement, sur l'essentiel.

 

*    

2/11 septembre

La preuve par neuf que certains occidentaux n'ont rien compris à ce défi ultime d'un islam intégriste refusant d'évoluer réside toujours dans cette repentance déplacée qui fait dire au correspondant de Libération à New York "qu'il n'aurait mieux pas valu construire à nouveau des tours sur Ground Zero car elles symbolisent toujours cette puissance arrogante qui ont été en partie la cause du 11 septembre": tout est dit, ou plutôt répété puisque cette logorrhée date de cette époque où par un mépris ultime il est écarté violemment l'idée que l'arrogance reste un sentiment humain bien partagé et non l'apanage d'un seul peuple, et que l'on ne voit guère de son côté l'islam radical s'amender lui aussi en promettant de lire "correctement" l'islam comme le clament nos docteurs en islam qui pullulent depuis, mais qui n'exigent guère que cet islam là se repente lui aussi, ils préfèrent annoncer sa mort alors que celle-ci, tel le phénix, répand de drôles d'ondes qui viennent exiger que la sharia reste source du droit en Egypte comme en Libye.

Cette repentance que l'on ne voie guère s'époumonner aux portes des ambassades syriennes s'exprime aujourd'hui dans le boycott progressif d'Israël, que le roman " L'an dernier à Jérusalem" de Myriam Sâr (éditions Les Provinciales, septembre 2011) illustre parfaitement.

 

rubon231-58136.jpg

 

*    

3/présidentielles françaises

Il paraît que Bruno Lemaire écrit le programme du candidat Sarkozy avec l'idée de défendre "notre mode de vie" à savoir l'Etat Providence qu'un John Rawls, libéral de gauche, adepte d'une "démocratie des propriétaires", a pourfendu pourtant en disant ceci (in La justice comme équité, Paris, éditions la Découverte, 2003, p 193):

" Dans le capitalisme de l'Etat-providence, le but est que personne ne tombe en dessous d'un standard de vie minimal décent, dans lequel les besoins essentiels sont satisfaits, et dans lequel tous doivent recevoir certaines protections contre l'accident et l'infortune, par exemple une compensation en cas de chômage ainsi que des soins médicaux. La redistribution du revenu sert cet objectif lorsque, à la fin de chaque période, ceux qui ont besoin d'aide peuvent être identifiés. Il reste qu'étant données l'absence d'une justice du contexte social et la persistance d'inégalités de revenu et de richesse, il peut se développer une classe déshéritée et découragés dont les membres sont dépendants de manière chronique des prestations distribuées. Cette classe se sent exclue et ne participe pas à la culture politique publique. (...)

 

Nous avons besoin d'une réelle remise en cause de ce faux Etat Providence qui trompe son monde puisqu'il n'apporte pas la prospérité pour tous comme il est promis et ce précisément parce que l'Etat n'a pas à jouer le rôle de la Providence, mais de veiller à ce que celle-ci puisse se développer librement.

Ce qui implique de laisser la société civile prospérer et protéger les bases de celle-ci par une solidarité librement partagée démontrant qu'être prospère et généreux ne sont pas des termes contradictoires mais complémentaires, c'est la magnificience.
Car c'est elle qui fut à la base de la culture européenne lorsque celle-ci décida de se nourrir de tous les apports en particulier grecs, chrétiens, juifs, et orientaux plus que musulmans puisque l'apport de la géométrie perse travaillant sur de la gémométrie grecque, l'arrivée des chiffres indiens via les savants mésopotamiens et babyloniens, n'ont pas grand chose à voir avec l'islam dont cependant la lecture tronquée d'Aristote via Averroès a permis à la scolastique de briller à la Sorbonne en contestant Thomas d'Aquin lorsque celui-niait résolument l'idée d'Averroès stipulant que "l'homme ne pense pas mais est pensé" ; terme qui a ensuite basculé dans la dogmatique allemande jusqu'à Marx puis française (Bonald) et aujourd'hui professé par les disciples de Bourdieu et de Foucault avec
 la remise en cause non seulement de sa pensée mais de son sexe (confondu avec le rôle) niant absolument la liberté au nom d'un nouveau naturalisme aussi implacable que l'ancien adepte du sang bleu celui qui prône désormais l'idéalisme d'un être social artificiel, avatar bio cyborg (bientôt : cybernetic organism) celui de cette pensée néo-scientiste qui se voile d'un humanisme de pacotille alors qu'il s'agit d'une abstraction techniciste qui ne voit en l'humain qu'une chair sommée de se modeler (care).

La présidentielle française sera d'ordre civilisationnel ou ne sera pas. Aubry en avait d'ailleurs décidé ainsi avec son livre " Pour changer de civilisation " : il est temps de la prendre au mot et de se hisser à cette hauteur de jeu.

Mais la chouette de Minerve prend toujours son envol lorsque les dés ont été jetés disait Hegel. Sauf qu'ils roulent encor.


Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 08:39

st-trop-paques-20040045.jpgLe tout avec la bénédiction de Luc Chatel. Il pourrait en effet  désapprouver ces livres scolaires. D'autant que tout est lié puisque toute identité doit disparaître, on l'a bien compris lors du débat sur l'identité nationale (sauf celle des peuples du Sud, monuments à restaurer en permanence). C'est ce que ne semble pas également comprendre Claude Lanzmann qui s'étonne dans un article de la suppression possible du terme Shoah alors que ses amis foucaldiens au pouvoir un peu partout rayent aussi de la carte non seulement l'orientation sexuelle (homosexualité comprise) mais aussi l'identité sexuelle confondant à souhait rôles en effet évolutifs (je suis en désaccord avec Zemmour sur ce point : un homme peut donner le biberon au petit la nuit par esprit chevaleresque : protéger le sommeil de la gente dame) et identités permanentes alors que jamais un homosexuel se découvrira en fin de compte hétéro ou se "choisira" tel (en ce sens Christian Vanneste se trompe de cible puisque les "gays" ont tout à perdre également avec cette idéologie queer).

Il faut (sollen) aussi effaçer l'Histoire de France si l'on veut faire disparaître son identité et la réduire à une station de bus sur la trame mondiale des flux. Ce sera fait avec le second anéantissement de ses rois en les mettant en équivalence avec des rois africains, comme s'il fallait d'ailleurs les opposer en une repentance ultime (à quand la dénonciation de l'emprise de la culture romaine sur les Gaules ? De la culture arabo-islamique sur l'Afrique du Nord berbère?). Depuis que l'identité bolchevique de la Révolution a disparu, place au nouveau terrain de guerre : le corps; éclaté ; après que l'esprit ait été dé(cons)truit et éparpillé dans les urnes de la pensée, incinérée en grandes pompes bien sûr.

La réaction indignée de Claude Lanzmann me fait penser aux lettres et pétitions bien tournées des rabbins allemands, français, aux autorités nazies ou vichistes (par exemple la "pétition adressée par le rabbin Kaplan au commissaire français Xavier Vallat" in Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Paris, éditions Folio, 2006, T.III, p.1909), en pure perte bien sûr tant la catastrophe (qui n'est pas seulement un mot palestinien) est déjà là.

Plaintes. Pleurs. Sur la défensive. Les petits résidus des Bourdieu, Foucault and Co s'en donnent alors à coeur joie, ils utilisent à fond tous les terrains de "lutte" pour répandre leur fiel faute de miel. Le tout au nom de "la" science qu'est devenue pour eux leur idéologie, celle du contexte, du milieu, dogmatisé. Car pour eux le milieu ne met pas en forme un contenu permanent, il est le contenu lui-même au sens de tout redéfinir, telle est la force de ce néo-idéalisme. Et pour le faire apparaître il leur faut oeuvrer en petits soldats pour détruire, détruire, encore détruire afin que le territoire (français) ressemble enfin à leur carte (celle du Jocker...). Non plus la France, mais un hexagone parmi mille dont les guichets sont ouverts à tous, gratuitement si possible. Puisque l'identité la plus intime, micro, est équivalente à un meccano il n'y a pas de raison qu'il n'en soit pas de même au niveau du paquebot France, désormais au rebut...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 18:45

Le tout avec la bénédiction de Luc Chatel. Puisqu'il pourrait  désapprouver ces livres scolaires. D'autant que tout est lié pourtant. Ce que ne semble pas également comprendre Claude Lanzmann qui s'étonne dans un article de la suppression du terme Shoah alors que ses amis foucaldiens au pouvoir un peu partout rayent aussi de la carte non seulement l'orientation sexuelle (homosexualité comprise) mais aussi l'identité sexuelle confondant à souhait rôles évolutifs et identités permanentes alors que jamais un homosexuel se décrouvrira en fin de compte hétéro ou se "choisira" tel (en ce sens Christian Vanneste se trompe de cible puisque les "gays" ont tout à perdre également de cette idéologie queer).

Il faut (sollen) aussi effaçer l'Histoire de France si l'on veut faire disparaître son identité et la réduire à une station de bus sur la trame mondiale des flux. Ce sera fait avec le second anéantissement de ses rois en les mettant en équivalence avec des rois africains, comme s'il fallait d'ailleurs les opposer en une repentance ultime. Et ainsi de suite: depuis que l'identité bolchevique de la Révolution a disparu, place au nouveau terrain de guerre : le corps ; éclaté ; après l'esprit dé(cons)truit et éparpillé dans les urnes de la pensée incinérée en grandes pompes bien sûr.

La réaction indignée de Claude Lanzmann me fait penser aux lettres et pétitions bien tournées des rabbins allemands, français, aux autorités nazies ou vichistes (par exemple la "pétition adressée par le rabbin Kaplan au commissaire français Xavier Vallat" in Raul Hilberg, La destruction des Juifs d'Europe, Paris, éditions Folio, 2006, T.III, p.1909), en pure perte bien sûr tant la catastrophe (qui n'est pas seulement un mot palestinien) est déjà là.

Plaintes. Pleurs. Sur la défensive. Les petits résidus des Bourdieu, Foucault and Co s'en donnent alors à coeur joie, ils utilisent à fond tous les terrains de "lutte" pour répandre leur fiel faute de miel. Le tout au nom de "la" science qu'est devenue pour eux leur idéologie, celle du contexte, dogmatisé.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 07:57

st-trop-paques-20040045.jpgA quoi cela sert-il de toute façon cette double gesticulation sinon verser du liquide dans un tonneau troué (sans avoir besoin de se référer à un tonneau célèbre) et ce en pure perte, du moins pour le citoyen puisque cela ne correspond en rien aux problèmes structurels. Par contre les politiques UMP pensent y gagner en communication. Alain Duhamel est d'ailleurs déjà d'accord (sur RTL, 25 août) pour la taxe sur les sodas. Caricature de l'Etat Nounou pourtant qui panse pour vous. Certains "grands" (parmi 5800...0,01%...chiffres INSEE) sont aussi d'accord avec cette grande messe de rentrée (des classes...politicomédiatiques) en donnant pour le denier du culte alors qu'ils bénéficient de l'omniprésence étatique qui compensent l'énorme ponction sociale de la Protection Nounou par les fameuses "niches" laissant ainsi le gros des cotisations sur le dos de la classe moyenne et des PMI-PME qui ont moins d'entregent dans les SPVIP (Salons Parisiens des Very Important Persons), par exemple la refiscalisation des heures supplémentaires pour les entreprises.... 

Où va-t-on ? Lorsque l'on observe l'indigence des propositions, la culpabilisation du fait même de gagner de l'argent (d'apporter aussi son soutien à ses enfants: source possible d'inégalités) et la réponse étroite : taxer, taxer, et après moi le déluge...nécessairement cela jette un froid n'en déplaise aux thuriféraires en extase devant une classe politique quasiment has been, revenu deux cent ans en arrière en 1792, la chasse aux émigrés potentiels cette fois...

Quasiment has been..., elle a donc encore quelques soubresauts comme le fait d'avoir soutenu le soulèvement en Libye où pour la première fois j'ai vu le drapeau Amazigh au dos d'un rebelle. Espérons que les arabo-islamophiles genre Delanoë et Juppé ne se mêlent pas trop de ce qui se passe là-bas, peut-être que tout ne sera pas à nouveau perdu...

Mais retenons que leur ami Kadhafi en aura joué des tours, il a poussé très loin le bouchon de la caricature de dictateur qui peut se balader dans un imaginaire nabuchodonosoresque gigantesque sans lui arriver aux chevilles bien sûr. Mais il n'en reste pas moins un dieu/diable ou la liberté absolue qui gît aussi dans une chambre d'hôtel et se rue sur tout ce qui bouge parce que c'est ça l'ivresse de transformer les déesses en statues de pierre. Le pire est devant nous.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 20:32

DownloadedFile"Multikulti" n'a rien à voir avec diversité et pluralité mais au contraire avec unicité imposée en lieu et place des valeurs communes en attendant l'étape décisive suivante : la possibilité d'extraire sa communauté d'origine de la loi commune pour la rendre dépendante de lois communautaristes données ; c'est au mieux la cohabitation de plus en plus agressive au pis un Etat dans l'Etat, ce qui ne se peut en République ; et cela n'a rien à voir avec du racisme (supériorité de la "race") voire de la xénophobie puisqu'il ne s'agit pas de refuser l'étranger mais éviter que celui-ci s'installe non pas comme invité mais nouveau propriétaire...

A quoi bon ? Peut-on encore raisonner ainsi ? N'est-ce pas trop tard ? En l'absence de débat, étouffé toujours dans l'oeuf sous l'étiquette extrême droite puis "fachosphère" pour faire branché, il n'est plus sûr du tout qu'organiser de telles confrontations suffisent désormais pour éteindre l'incendie allumé par les multikulti eux-mêmes et qui maintenant veulent la jouer pompier pyromane, voilà ce que je voudrais répondre à Bernd Debusmann qui dans son article (26/07/11) intitulé The Norwegian killer and a US-European echo chamber sur le site Al Arabiya news reprend une phrase de la version anglaise de mon article Drame norvégien ou l'absence de débat ? version parue sur l'excellent site The Brussels Journal :

 

"

“If there were a real counter-power, symbolic or spiritual, enabling a critical debate on the role of Islam in the world without being accused as a racist, maybe this inexcusable and vile act would have taken another form?” Lucien Oulahbib, a French political science professor of Algerian descent wrote on Brussels Journal. He answered his own question: “Nobody knows.”

Indeed, nobody knows. But it’s worth a try ".

 

( " S'il y avait un réel contre pouvoir symbolique, spirituel, permettant de tenir un discours critique sur l'islam dans le monde, pas seulement en Norvège, sans être pour autant accusé de racisme, peut-être que l'inexorable, l'immonde, aurait pris une autre forme? Nul le sait." Lucien Oulahbib, un enseignant français en science politique d'origine algérienne a répondu à sa propre question ; nul le sait. En effet, personne ne sait. Mais cela vaudrait la peine d'essayer de savoir...)

 

Ce que je voulais dire par cette phrase c'est qu'il n'est pas sûr qu'une réelle discussion démocratique sur l'islam, l'immigration, etc suffise désormais pour stopper une vague de refus sur laquelle peuvent surfer en effet des illuminés assassins faute de réelles solutions aux problèmes posés ; on aura beau fermer les sites "fachos", traquer les mauvaises pensées, enfermer, envoyer dans des centres de rééducation citoyenne pour "phobie", (alors que les plus grands islamophobes sont les islamistes puisqu'ils ne seraient pas bien au coran paraît-il...) il n'en reste pas moins qu'au tout départ, il y a vingt à quarante ans, lorsque l'immigration s'intégrait sans en être empêché par le culturalisme et le relativisme issus du tiersmondisme (chrétien aussi) et du communisme en décomposition, aucune friction ou si peu se frayait dans le tumulte des travaux et des jours et le FN faisait 1%.

Sauf que depuis qu'il a été exigé par ceux qui hypocritement les soutiennent qu'un immigré n'est pas obligé d'accepter les valeurs de la communauté d'accueil et qu'il doit même revendiquer sa différence (que l'on dénie au peuple hôte) cela s'est traduit au fil des ans et des crises diverses par des incivilités à l'encontre même des immigrés voulant s'intégrer ("tu fais le blanc") ; incivilités qui ne sont même pas le résultat de la misère et de la pauvreté puisque leurs parents, les immigrés de la première et de la seconde génération, bien plus pauvres qu'eux, n'ont jamais eu de comportements irrespectueux ; aujourd'hui certains disent que c'est parce qu'ils étaient "dominés" et qu'aujourd'hui il faut lutter contre les "dominants", qu'il faut entraîner la majorité tolérante des immigrés vers plus de différence identitaire, vers une culture de refus (retour refusé au pays hôte); or, c'est précisément ce discours de guerre, c'est cette haine envers le peuple hôte qui subit ce choc (électro) jour après jour dans des trains et des trottoirs bondés sur lesquels il n'a même plus le droit de lever les yeux sous peine que ce regard apparaisse comme un défi raciste, c'est cela, cette réalité, même, que les multikulti nient et de toute leur force en dansant sur la musique de Noa au concert du MRAP payée par nos impôts, et c'est cela que certains refusent, jusqu'à aller certes vers l'inexcusable, mais cela ne veut pas dire pour autant qu'il faille s'empêcher de critiquer la réalité et vouloir la transformer au lieu de seulement la subir. Car ce qui a armé l'assassin pseudo-templier ce n'est pas la critique de cette situation, ce sont ceux qui l'ont créé. Ne mélangeons pas la situation de l'islamiste kamikaze qui n'a aucune raison de s'en prendre à la société ouverte sinon vouloir s'y substituer alors que le peuple critique du multikulti veut juste qu'on n'oublie pas qu'il est aussi composé de citoyens qui ont des droits.  Ne confondons donc pas les choses. Et il ne suffit pas de casser le thermomètre pour soigner la maladie. On peut l'ignorer, certes. Mais gare à la prochaine secousse...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 09:59

st-trop-paques-20040045.jpgLes castes se rebiffent, elles ne veulent pas, et c'est normal, que leur pauvre petit projet postmoderne et néocommuniste (nous n'avons jamais eu des "élites" aussi illettrées aussi médiocres) qui vise à détruire toute  identité (sauf la leur avouée en secrets story dans les médiasalons) ne puisse pas persister dans son être : d'où en effet leur idée d'un monde non pas unifiée autour de valeurs communes, mais planifiée par des mesures obligatoires qui refusent, qui menacent, qui exigent que les frontières disparaissent, que les nations se transforment en immenses guichets de "droits", qu'il n'y ait plus de différence entre un "dedans et un dehors", c'est écrit noir sur blanc par un certain Guillaume Le Blanc (professeur des universités, membre du CNU philosophie) dans le livre de Martine Aubry "Pour changer de civilisation"; tout un programme visant à éliminer notre civilisation multi-millénaire qui a aussi produit son poison tant sa tolérance est devenue immense au-delà du mal qu'elle peut sécréter comme tout corps vivant et qu'elle tend à rectifier, elle veut s'affiner dans l'universalisation des droits humains mais ce posés comme non contradictoires avec la préservation de sa singularité ; sauf que,précisément, pour la pensée soit disante progressiste alors qu'elle plutôt scientiste techniciste et hyper idéaliste, cette avancée progressive (et non pas progressiste) dans le temps du monde ne suffit pas : la moindre critique, la moindre analyse stipulant qu'un étranger n'est pas qu'une force de travail ou un organe de reproduction mais un être humain qui veut normalement reproduire le monde d'où il vient (principe hobbesien), le fait simple d'énoncer que cette réalité ne peut que susciter des conflits d'intégration si autrui refuse les valeurs qui l'accueillent, cette objection est caractérisée immédiatement de "xénophobie" dans sa version soft par les chiens de garde du néo-blochevisme postmoderne n'ayant que le "care" comme civilisation ou la vision post matérialiste des êtres humains réduits à des corps-mécano comme horizon indépassable -et Amy Winehouse en est morte- alors que les mêmes iront s'extasier que telle peuplade d'Amazonie, d'Afrique, veuillent préserver leur culture, et même font la chasse aux explorateurs pour qu'ils quittent le plus vite possible leur territoire comme il m'avait été raconté par une Suisse en extase alors qu'elle n'a pas des mots assez durs contre ses compatriotes qui avaient refusé la construction de minarets ; sauf qu'elle expliquera les exigences de cette peuplade à la voir décamper (elle voulait les filmer) sous le coup d'une culture "peu habituée" et qu'elle pense amadouer comme on le fait d'animaux sauvages, désormais respectés et même réintroduits. Et lorsque les islamistes affiliés à Al Keida refusent en Somalie du Sud l'avenue des ONG, peu de voix s'élèvent pour parler de leur racisme et de pensée réactionnaire...

 

Ces castes prétentieuses, ignares, ayant parfois des doctorats de pochette suprise, des postes indus tant leur savoir est insigne, qui utilisent la pétition en guise de controverse scientfique ou intellectuelle, vont alors appliquer leur pauvre petite psychologie behavioriste de type S-R (Stimulus-Réponse) ou le chien de Pavlof, la sonnette étant l'idéologie dite "d'extrême droite et le met l'immigré ou le social-dem, causalité directe, interdisons la pensée, interdisons de penser, déjà les nouveaux S.A de cette Mouvance Radicalement Anti Peuple, faisaient la chasse aux apéro saucisson-pinards alors que dans nombre de restaurant "couscous" il n'y a pas le choix et ce à l'inverse de certains restaurants "français" qui servent aussi du couscous certains jours : où est la tolérance ? Dans le fait de s'ouvrir à l'autre en lui faisant une place ou le fait de s'ouvrir à l'autre au point de ne plus avoir de place et se voir menacer du pire purgatoire si l'on rouspète?
Le drame norvégien doit être aussi vu dans ce contexte étouffant, monde de bisounours aux masques du Joker, pays où l'on donne le prix nobel de la Paix comme un sucre d 'orge à un Obama parce qu'il est noir et beau parleur, à Arafat parce qu'il avait promis la paix (en anglais), caste d'idéaliste qui tiennent le "Village" où tout le monde est beau et gentil (sauf le n°6), et qui s'étonne parce que dans cet étouffoir où la moindre parole critique est cataloguée de fasciste afin de la faire disparaître, un illuminé décide de faire sa propre guerre bien plus proche de l'ordre teutonique (dont il a emprunté la croix sur la première page de son manifeste) que du christianisme : certains oublient que le nazisme était aussi anti-chrétien par exemple, mais en ces temps où l'ignorance crasse est reine et est même revendiquée il n'est guère étonnant d'entendre les Hamon, Poutou, et autres imbéciles heureux, exiger des interdictions, faire des amalgames, nier le réel, afin de dissoudre le peuple dans la guimauve idéologique qui leur tient lieu désormais de (conscience) care politique, avec la bénédiction de la bien pensance qui pleure, elle, sur les malheurs de DSK et la méchante femme de chambre..

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 12:43

Les OGM peuvent combattre la sécheresse actuelle en Afrique, voilà ce que dit Ismail Serageldin, titulaire de la chaire «Savoirs contre pauvreté » du Collège de France; et la sécheresse ne date pas d’hier en Afrique, sauf qu’une conjonction de mauvaises politiques tend à faire croire qu’il s’agit encore et surtout seulement dudit réchauffement climatique ; or, comme l’énonce Ismail Serageldin, les Américains (mais aussi les Brésiliens) en consomment depuis des années, sans qu’il y ait d’intoxication alors que la dernière en date en Allemagne provient de graines germées « bio »… Mais en France, en Europe, nous vivons sous la dictature de l’écologiquement correct ou le néocommunisme qui considère que les problèmes permanents nécessitant un affinement permanent de la gestion des affaires humaines peuvent être définitivement résolus (ce qui est déjà absurde) en arrêtant toute application du progrès technique pourtant à l’origine du fait que nous respirons bien mieux en ville qu’il y a un siècle lorsque le charbon était roi. Et dans les pays communistes, où le profit avait été éradiqué pourtant, la pollution était à son comble.

 

On confond lutte permanente contre les gaspillages, la pollution, les dysfonctionnements d’une nature humaine trop humaine, et le prétexte idéologique ultra communiste ou ultra étatiste (pour les tenants du purisme) cherchant à détruire la société du confort (que détestait Carl Schmitt) parce qu’elle empêche, du fait de son individualisme parfois en effet exacerbé, que le nouveau totalitarisme rouge/vert/brun puisse nous obliger à défiler à la gloire de la nouvelle élite parlant au nom de la Terre…de l’Univers (et du peuple palestinien) : cela s’appelle l’idéocratie totalitaire (allant de l’extrême gauche à l’extrême droite) qui fonctionne comme une nouvelle religion absolutiste : essayez d’expliquer que Israël n’a pas tort à 100%, que l’espèce humaine n’est pas le seul facteur du changement climatique, qu’un immigré d’origine peut mieux connaître l’histoire de France qu’un Français de « souche » et vous aurez tout de suite des hordes de fanatiques semblables  à ceux du Seigneur des Anneaux qui vous sauteront à la gorge parce qu’ils défendent leur peau médiatique qui se réduit en peau de chagrin.

 

Observez le débat sur les déficits : à quoi cela sert-il de « sauver » la Grèce si celle-ci continue, malgré les promesses, à faire prospérer le même modèle étatique qui fait croire qu’il doit s’occuper de tout, et qu’il suffirait d’augmenter « drastiquement » les impôts pour tout résoudre comme le pensent les socialistes français aussi secs en idées qu’en réalisme ? C’est du mensonge à l’état pur ; et ce n’est pas « la » finance qui est la cause du déficit, mais les Etats avides de croître par clientélisme et idéologie, même s’il y a toujours une part de vérité dans leurs fonctions régaliennes, part que certains exagèrent évidemment ; et « la »finance, en effet, en profite, fait alliance avec eux, parce que ce serait idiot de ne pas le faire ; un internaute disait que la Banque centrale européenne pourrait prêter à taux zéro ce qui empêcherait les agences de notation de faire alliance avec les prêteurs, sauf que prêter pour un modèle du type tonneau des Danaïdes, c’est aggraver plutôt les choses ; la seule solution serait de rendre le pouvoir au peuple à la société lui faire confiance en sachant que c’est ainsi que l’on combat l’injustice et l’inégalité des chances, pas du tout en cooptant des intermédiaires dont on dénonce l’impéritie en matière de distribution alimentaire mais que l’on légitime pourtant dans les autres domaines.

 

C’est le modèle étatique et non pas le modèle de l’économie de marché qui est en crise, on le voit bien d’ailleurs dans les pays émergents qui quittent le premier pour le second, même si le premier persiste comme en Chine, sauf qu’il ne peut guère tenir encore longtemps ; et d’ailleurs on peut observer que ce modèle étatique qui domine encore l’ONU aggrave au contraire les problèmes du monde en soutenant des dictatures afin de sauver sa peau, d’où l’idée de quitter l’ONU pour fonder l’OED : Organisation des Etats Démocratiques. On verra d’ailleurs que fin septembre, lorsque des dizaines de pays décideront de mettre au ban Israël, il n’y aura pas d’autres solutions que de pousser la crise du mode de production étatique jusqu’à son comble : ou la logique d’Etat comme monstre froid, ou la démocratie -le devoir- d’Etat comme réalité en devenir il faut choisir.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 22:50

p carteextirieureLa monstruosité du régime baathiste syrien (le même que celui de Saddam Hussein), capable de torturer et d'assassiner un gosse de 13 ans, capable d'assassiner des policiers de base (mutinés en réalité) pour faire croire à l'existence de groupes "terroristes", capable de tirer sur des funérailles (mais toujours guère critiquée par la gauche DSK et autres verts préférant s'en prendre à Israël)montre bien que le régime totalitaire baathiste a été et qu'il est sans doute encore, l'une des sources principales de l'instabilité dans la région, surtout après avoir été le dépositaire du pouvoir de nuisance de son frère de sang, le régime baathiste saddamiste, puisque celui-ci a été jusqu'à lui confier ses armes de destruction massive.Pour preuve d'ailleurs la capacité du régime syrien à se doter peu après 2003 d'une centrale nucléaire détruite par Israël.

A ce propos, il conviendrait pour ce dernier pays de profiter de la situation en Syrie et dans les pays dominés par l'islamo-arabisme pour montrer qu'il sait gérer des mécontentements et des manipulations en envoyant plutôt des forces de police que l'armée lors d'émeutes. Certes, des centaines de fanatiques se sont rués sur la frontière du Golan, mais ne pouvait-on pas les arrêter par un dispositif policier comme dans les territoires contestés plutôt que de donner le flanc à toute une propagande qui s'active de plus en plus en France et ailleurs, avec à sa tête un Pascal Boniface qui vient d'adouber le Hamas comme force légitime dans son dernier livre ? N'est-il pas temps pour Israël de prendre au sérieux la communication de sa politique ? De faire des propositions à ses voisins comme l'Egypte, la Jordanie, mais aussi la Tunisie, le Maroc, non seulement des joint ventures conjoncturels via des sociétés écran, mais aussi des débats sur ce qui s'est "vraiment" passé en 1947-1948 ? Pourquoi Israël ne demande pas à l'UNESCO l'organisation d'une conférence mondiale avec retransmission en direct ? Et pourquoi ne pas l'organiser en cas de refus vraisemblable ? Le combat se situe surtout là pour l'instant. Or, pour le moment, dans les livres d'Histoire pour écoliers on apprend en tout cas en France et ce de plus en plus la version officielle "palestinienne", omettant en plus l'expulsion des Juifs des pays dominés par l'islamo-arabisme alors qu'ils étaient là dans ces pays plusieurs siècles avant son invasion...chose que Obama a oublié de rappeler...

Nous sommes en France dans un climat délétère sur cette question, le vieil antisémitisme se transformant en effet en antisionisme par principe, rien de nouveau, tandis que les plus hypocrites font mine de renvoyer dos à dos les "propagandes" alors qu'il n'est pas possible d'agir ainsi, mettre en équivalence une propagande totalitaire et les faits historiques validés par une cohorte d'historiens sérieux, y compris par ceux d'entre-eux, israéliens, qui ont été un temps ébranlé par les pleureuses palestiniens, mais qui, devant les faits, sont revenus à plus d'objectivité (par exemple Benny Morris dans son 1948).

Ce climat délétère ne touche pas seulement Israël (alors que pas une manifestation s'organise devant l'ambassade syrienne) mais aussi tous ceux qui osent ne serait-ce qu'émettre des réserves sur l'état de décomposition avancée de la morale républicaine, de la morale tout court parmi certaines élites sûres d'elles et donc dominatrices (de telle sorte que le refus d'une femme de chambre, d'une journaliste, d'une employée de mairie, apparaît inconcevable)

Ferry paye justement le fait qu'il refuse l'Omerta, et il se fait attraper par ce chien de garde du nihilisme ambiant qu'est devenu le Canard Enchaîné parce qu'il a bousculé le conformisme de la feu contre-culture, en fait très fasciste (façon République de Salo filmé par Pasolini) qui fait du sexe débridé un enjeu politique, une nécessité absolue, la preuve que l'on fait de sa vie une oeuvre d'art qui frôle avec la vie des dieux façon romantisme germain, les dieux de l'état de nature que l'on critiquera bien sûr en économie mais que l'on encensera dans les moeurs pour montrer sa révolte son refus des institutions qui "enferment" et (a)dressent le corps  : ce n'est pas un hasard d'ailleurs que les idéologues du "gender" (dont Eric Fassin qui racialise le débat sur la délinquance et l'immigration) fasse une apologie de Foucault qui révérait Sade, défendait la pédophilie lors de l'affaire Polanski ; or, pour certains, il faut  devenir Médée, (pas étonnant que l'égérie ultra nihiliste Isabelle Huppert l'ait incarnée) il faut devenir Brutus disait Blanchot, il faut tuer Juliette, il faut devenir satyre, surtout dans son privé (et devant sa porte le Canard y est enchaîné et donc veille) tout en affichant en public un visage de marbre, dénonciateur des "inégalités" ; cette philosophie schizophrène, théorisée par Deleuze, ami et espoir de Foucault, fondement des idéologues du "gender", (ou du cuir au "queer") est aujourd'hui la face de craie de tous ces Dorian Gray qui assène avec violence "circulez il n'y a rien à voir") tout en montrant du doigt Marine Le Pen bien sûr : voulez-vous donc un ordre moral scrogneugneu ? Ne voyez-vous donc pas que par nos moeurs nous luttons contre le Système ? Pas de problèmes ! susurra le juge d'application des peines en libérant le violeur récidiviste qui s'avère être un combattant, mais oui, de la cause anti-libérale.

Nous marchons sur la tête (sans avoir même besoin de lire Hegel), à ce compte là Caligula, qui n'est pas le dernier jouisseur venu, avait raison de proposer son cheval comme consul. Je propose mon chat, Léonardo, qui me semble assez féru en économie (de croquettes). Mon pouce ne peut donc que désigner le sol. Fin de partie. Puisque Godot ne viendra pas (il a été kidnappé au Sofitel par l'Empire du Bien).

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 06:11

DownloadedFile-copie-1.jpegEn France, la tendance dominante consiste à disculper DSK d'emblée, sous les couverts de présomption d'innocence, (il aurait même désormais un alibi) mais contestéMême si les experts viennent de corroborer sa déposition. Ne parlons pas d'un Christine Boutin qui de toute façon ne croît pas au 11 septembre, mais de tous ceux qui de Tapie à Dray en passant par une certaine fan qui parle de complot international ne professent pas un mot sur la femme de chambre.

Parce que en France les choses se sont inversées depuis longtemps : c'est la victime qui est en quelque sorte coupable, jusqu'à restaurer une pensée que l'on croyait révolue tant elle fut réactionnaire : cette femme l'a sûrement bien cherchée, trop jolie peut-être, jupe courte de son uniforme Sofitel sans doute pour aguicher le client ; certaines jeunes femmes à NY sont d'ailleurs des actrices en attente parce qu'il n'est pas honteux aux USA de faire un "job"de ce genre le temps que la chance et/ou le talent vous sourit enfin.

En France c'est ledit coupable qui est devenu l'axe essentiel du droit, pas du tout la victime considérée plutôt comme l'un des éléments du "système" un stimulus sans plus en ce sens où par exemple DSK serait victime de la société hédoniste hyper-consommatrice qui pousse,dérègle ; la femme de chambre n'étant que l'étincelle qui met le feu : c'est donc DSK la victime CQFD, voilà la triste réalité d'une bonne part de la justice française et de son droit.

La chauffeuse de bus à Marseille qui avait connu l'incendie de son véhicule et la mort d'une jeune fille brûlée avait témoignée lors d'une de ses dernières tentatives de suicide qu'elle avait appris que les accusés avaient eu le droit à tous les accompagnements alors qu'elle était restée seule avec ces images affreuses.
Voilà la réalité d'une certaine justice française, et aussi d'une certaine conception féodale du droit de cuissage dans laquelle une femme de chambre n'est rien d'autre qu'un morceau que l'on prend, même s'il ne veut pas...

Si DSK a droit à la présomption d'innocence, cette femme de chambre aussi, ce qui n'est visiblement pas le cas en France, et cela reflète bien l'état élevé dans lequel se trouve aujourd'hui la justice (alors que les Américains ne sont que puritains), la classe politique et médiatique dans son ensemble en France (y compris Bernard Debré qui confond libertinage et crime) ne peut que juger avec mépris cette méconnaissance yankee.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article