Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 13:09

Il s'agirait de regrouper dans ce Front toutes les nuances et tendances de la Liberté pondérées par l'idée qu'il faut aussi être ensemble et non pas seulement vivre ensemble. Ou la République. Être ensemble impliquerait que la République ne serait ni la somme des intérêts particuliers ni une entité au-dessus, mais distincte d'eux au sens d'être objectivement à leur service sans pour autant en être dépendant. Pas seulement la balance des pouvoirs, également la solidarité afin de contrebalancer les manques dans l'égalité des chances. Difficile certes. Impossible surtout. Mais impossible n'est pas français, et la politique n'est-elle pas l'art du conflit (du moins la vraie politique)?…

Concrètement cela signifierait que la République occupe trois axes morphologiques : la Sécurité (intérieure et extérieure), les Relations Internationales (Europe, Monde) la Solidarité (l'entre-aide à distinguer de la protection sociale), et c'est tout.

Leurs comptes seront évalués par une Cour des Comptes rénovée ayant droit de poursuite. Le reste des autres activités est animée par la Société Civile, Justice comprise. Des Hautes Autorités Indépendantes ont cependant pour tâche de délimiter juridiquement les types de conflits en leur sein qui peuvent concerner la République (en particulier lorsqu'il y a délits et crimes). La Solidarité regroupe l'impôt proportionnel, la donation, la TVA…au sein d'un Fonds Commun de Solidarité (FCS). Il est indépendant. C'est cependant au Parlement et spécialement au Sénat, infra, qui doit s'occuper de leur répartition à partir de trois axes : mutualiser les soins lourds, les bourses, l'impôt négatif, la défense de la langue française. 

Ainsi, la Santé, la Formation, la Retraite, les Assurances…, bien qu'elles soient rendues totalement au privé (à l'exception de la Justice qui se trouve en fait distribuée dans les Hautes Autorités) ne peuvent être laissées totalement libres de leurs mouvements lorsque ceux-ci sont nuisibles : par exemple vendre son ventre pour la gestation pour autrui, vendre son rein pour vivre, enseigner la théorie du genre en tant que théorie validée par la puissance publique, mais aussi faire entrer certains biens et des personnes sans contrôle ou sans tenir compte de circonstances critiques (comme les conditions actuelles de déficit et de chômage massif), se préoccuper bien plus de la "réhabilitation" des criminels que des victimes etc, tout cela ne peut être permis. Même si la liberté d'expression, la liberté d'aller et venir, la liberté de vivre comme on l'entend, restent évidemment reines. Du moins dans certaines limites à définir. Les libertaires les libertariens et les intégristes de tous bords ne seront pas d'accord bien sûr. Ils en ont le droit dirait Voltaire…

Le Parlement sera toujours composé de deux Chambres.  Le nombre des représentants peut être défini plus tard. Les députés s'occuperont exclusivement des affaires européennes et mondiales. Députés nationaux, européens, R.I (chargés des relations internationales) sont en fait les mêmes (ils interviennent aux Parlements Européen et Mondial par rotation annuelle).

Le Sénat s'occupe des affaires nationales, en lien avec les régions les départements et les communes. Chaque région s'occupera de superviser une activité dont elle a déjà la spécialité : ainsi la Bretagne aura pour tâche non pas d'organiser mais de faciliter la Formation étendue tout le long de la vie. La Normandie s'occupera de faciliter une agriculture responsable (détachée de la politique agricole commune, voir infra) etc…L'ile de France sera chargée des entrées et sorties des biens et des personnes. Rhône-Alpes du dynamisme économique et financier inter-régions et transfrontaliers, et ainsi de suite. Le Sénat répartira le Fonds Commun de Solidarité (FCS) en fonction du poids des spécialités, de la péréquation entre régions départements et communes.

L'Exécutif est composé d'une Présidence élue (il n'y a plus de premier ministre) qui supervise l'action des Trois Ministères (Sécurité, Relations Internationales, Solidarité). La Présidence suit les travaux du Parlement (Assemblée et Sénat) et donne son avis.

Pratiquement, dès l'arrivée au pouvoir du FLR et ses alliés, les choses pourraient se dérouler dans la réalisation de 4 points forts sans changer de Constitution (mais en l'amendant petit à petit s'il le faut) et en considérant qu'il faudra toujours penser en filigrane au programme de transition car l'on ne passe pas du public au privé, de l'ouverture sans limites à l'ouverture régulée, sans étapes :

1/ aussitôt arrivé au pouvoir, le Président (ou la Présidente) décide de dissoudre tous les ministères à l'exception des trois indiqués (supra).

2/ Il fait appel à l'article 16 afin d'être à même en s'appuyant sur les Préfets de faire en sorte d'agir vite dans les réformes nécessaires, en sus de celle indiquée en 1, comme celles permettant de toucher le salaire complet, l'impôt proportionnel, la création des Hautes Autorités, l'autonomie renforcée du système scolaire et du système médical public, la réforme du système pénitentiaire… La Présidence agira par ordonnances et fera en sorte que les décrets d'application soient sortis rapidement. Il fera appliquer le 49.3 s'il le faut.

3/ S'agissant de l'Europe la notion d'Intérêt Vital (compromis de Luxembourg) sera défendu sur trois points :

A/La France suspend pour un temps donné sa participation si la politique agricole commune n'est pas refondue car il faut viser comme la Nouvelle Zélande une agriculture libérée des contraintes de quotas et de territorialité.

B/ La France suspend pour un temps donné sa participation si la circulation de certains biens et personnes n'est pas repensée.

C/  La France suspend pour un temps donné sa participation si les budgets ne sont pas harmonisés, ce qui implique de faire converger taxes et impôts, évitant ainsi les dumpings et les grands écarts.

4/ Le FLR proposera aussi une réforme des instances mondiales de la façon suivante :

- création d'un Parlement Mondial comprenant des députés nationaux, mais il a seulement un rôle consultatif ; il émane des Sociétés Civiles afin d'harmoniser les Relations Internationales dans un sens plus libéral et solidaire, c'est-à-dire qui tienne compte des diversités tout en soutenant les principes universels de liberté d'égalité des droits entre les humains, au-delà des différences de sexe de peau et de religion. Ce Parlement ne doit pas être confondu avec l'Assemblée Générale Onusienne qui ne comprend que les États. Par ailleurs les Sociétés Civiles ne peuvent pas être seulement représentées par les ONG, souvent instrumentalisées par l'idéologie. Or les Relations Internationales doivent être aussi le lieu où les Peuples se parlent, d'autant plus que les États n'arrivent pas vraiment à se mettre tout à fait à leur service…

- Création de nouveaux critères au sein de l'IHD mesurant le degré des libertés d'entreprendre, de penser, de s'organiser, d'être solidaires.

 

En résumé le FLR se distingue ici à la fois des souverainistes et des partisans du statu quo en posant :

a/que le niveau de l'Euro n'est pas le problème (l'Allemagne a le même Euro que la France et elle est pourtant excédentaire) ;

b/ si l'on veut une solidarité des dettes et aussi de la Solidarité (afin déjà de réussir le Programme de Transition) alors il faut aussi une harmonisation budgétaire et fiscale. Est-ce un abandon de Souveraineté ? Non parce que sans cela, la France suspend sa participation;

c/ L'entrée de certains biens et de certaines personnes est suspendue jusqu'à ce que la situation se décante aux niveaux économiques (chômage) et sociétaux (fin des ghettos et l'impression de ne plus être ensemble) ;

d/ il faut faire des économies d'échelles entre Euro et Livre pour que, au sein de l'UE, l'on puisse bénéficier déjà d'un système assurantiel permettant d'assurer santé retraites indemnisation en Europe, tout en exportant dans le monde un savoir faire en la matière au sein des pays émergents afin également de bénéficier du marché financier mondial pour avoir tous les leviers en main lorsqu'il s'agit de pourvoir aux demandes.

Le Front Libéral Républicain associe Liberté et Solidarité, mieux encore, ce sont les deux faces d'une même médaille, celle d'être ensemble, pour le meilleur et pour le pire.

À suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires

de vergnies 09/03/2015 20:02

Merci pour cet article .