Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 22:27

DownloadedFile-copie-1Incroyable ! mais en même temps très attendu : alors que les faits établis s'accumulent (y compris anciensd'où la promenade menottée incriminée en France, et que la victime "supposée"n'aurait pas arrêté de pleurer dit son frère), les socialistes remettent en cause le système judiciaire américain : en "défaillance" clame Badinter, "infernal" répond en écho Chevènement, "lynchage" surenchérit, Lang, tandis que Guigou se sent "heureuse" de ne pas avoir le même système "barbare" ajoute un Alain Gérard Slama sur RTL; bref, les commentateurs et les politiques aimeraient que la France devienne la Corée du Nord en matière de couverture médiatique, et que le système américain défende plutôt les supposés coupables que les supposées victimes puisque en définitive n'est-ce pas "la"société qui est la seule fautive ? Qui suscite en effet le crime sinon elle disent certains (depuis la fin du 19 ème siècle en réalité) ?  Les termes "victime", "coupable" étant de plus en plus interchangeables, comme moments systémiques. On voit pourtant bien en quoi ces affirmations, qui ont pignon sur rue en France, sont réfutées par les faits, en particulier celui-ci, où nul ne peut dire que la victime n'en était pas une en ce que son non serait un oui en puissance comme savent le manier les dialecticiens vulgaires, ces vieux réactionnaires en réalité.

 

Et tous ces gens aimeraient bien en effet que le système judiciaire américain marchent aussi mal que le système judiciaire français : ils se battent pour une telle inégalité, celle où les coupables sont accompagnés, réhabilités, axe désormais essentiel du droit, tandis que les victimes sont laissées à leur condition, de fait, de dommages collatéraux entre les réductions de peine, les récidives, et les libérations sans conditions.

Cette affaire est en fait symptomatique à plus d'un titre de la faillite d'un système politico-médiatique et judiciaire français organisant le silence à défaut d'en dire la vérité.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:57

wood040656.jpg

Dernières nouvelles (le Post) : selon le New York Post les avocats de DSL vont plaider l'acte sexuel consenti... (CQFD...)

Par ailleurs, le journal IHT vient d'indiquer que Piroska M. Nagy avait été harcelée par DSK jusqu'à ce qu'elle cède:"he was so forceful and so senior to her that it made it hard to say no " peut-on lire en ligne et aussi dans la version papier daté du 17 mai page 4). 

 

A-t-on forcé DSK à prendre...une suite à 3000 dollars ? Il semble bien que non et cela a asséché en un clin d'oeil la non polémique sur son train de vie : néanmoins le chiffre de 525 dollars seulement traînait sur la Toile...

Savait-on pour DSK et si oui pourquoi personne n'a rien dit ? Tel était à peu près le thème de l'émission " ce soir ou jamais " lundi 17 mai. On y fit état de "rumeurs", sans plus, hormis le propos d'un journaliste de Libé sur son blog, mais Médiapart promit lors de l'émission de rattraper le retard : on peut craindre le pire, vu la manière dont ce site y alla en besogne sur l'affaire des quotas dans le foot en ne prenant pas en compte la manipulation en amont de la sélection négative qui utilise encore le foot pour suppléer les manques des politiques d'intégration. Dans quel sens ce pire alors ? Nul ne le sait tant le chantre de ce site semblait prendre cette fois au sérieux les chefs d'accusation qui s'appuient désormais sur la corroboration d'experts, ce qui change la donne, malgré les tentatives, sympathiques, de Michel Taubmann de démontrer que DSK est seulement un séducteur.

Aussi, si l'on admet que la femme de chambre n'est pas une agente de l'UMP, ni un "oreiller"(ou le droit de certains cadres supérieurs de demander une "accompagnatrice" aux hôtels attitrés) mais, seulement, une... femme de chambre, même pas une actrice, et dont les dires ont été corroborés désormais par les experts, alors force est de constater que les rumeurs n'en étaient pas tant que cela.

Mais qu'en est-il du séisme (hors les pleurs, disproportionnés, sur les menottes-que-je-ne-saurais-voir?) C'était sans doute l'aspect le plus intéressant de l'émission de ce soir ou jamais "; tant il est vrai que cette affaire peut être ressenti comme un déchirement, au-delà des camps ; il s'agit, semble-t-il de quelque chose de traumatisant : comment peut-on encore croire la classe politico-médiatique quand de tels comportements, quand une telle vision ultra réactionnaire des rapports hommes-femmes, peut encore avoir cours, au su et au vu de (presque) tous ? Il y a non seulement un sentiment de gâchis, mais l'idée de rien de nouveau sous le soleil depuis Caligula, malgré des révolutions et les soit disants progrès de la conscience collective...

On peut certes être un expert en économie, et un expert en séduction, mais là, on est ailleurs, dans le droit des puissants en effet ; et il est dommage que cela fut dit à cette émission par une adepte de cette radicalité communiste qui s'y connaît en matière de droit de cuissage tant les fêtes de Staline étaient réputées pour cet état de fait (et toute l'intelligentsia française y était invitée à l'époque).

Le sentiment de dégoût aussi surnage à l'encontre de (presque) toute la classe médiatico-politique tant la victime présumée a été comptée comme quantité négligeable : et il sera curieux d'observer comme les avocats de DSK vont "dépecer" une femme afro-américaine, au-dessus de tout soupçon selon sa direction et ses voisins, vivant dans le Bronx avec sa fille de 15 ans...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:52

p_carteextirieure.jpg(Le Café du Commerce  (au sens figuréa toujours indiqué le pouls d'un moment qui est une question de degré: le sentiment émerge dans la réflexion à brûle pourpoint, il est juge de l'intuition, ce sonar spectral (le savoir absolu hégélien, l'intuition catégoriale husserlienne) qui se diffracte en esprit dans l'âme du monde ; et comme l'a initié Socrate, elle n'a en fait qu'à se calibrer dans la discussion pour enlever les dernières scories sensibles singulières qui en courbent trop l'effet, à la façon d'une moyenne pondérée qui élève l'intersubjectivité vers la vérité transcendentale et, de là, peut enfin percevoir (percer le voir) (de) la Vérité, tel Persée qui maîtrise les méandres innombrables de la Méduse Temps, et en montre la tête (le Concept).


Syrie :

 

Il est temps de fonder l'OND remplaçant l'ONU qui avait elle-même supplanté la SDN. OND : Organisation des nations démocratiques. Comme la Chine et la Russie mettront le veto en cas de sanction, et comme il est hors de question d'attendre des dizaines d'années avant que ces pays s'effondrent, il faut que les pays réellement démocratiques arrêtent avec le relativisme et l'hyperréalisme des années 60-70 en rompant avec toutes ces structures étatiques, OCI compris, qui ne respectent pas les droits humains fondamentaux.

Les responsables syriens par exemple sont des néonazis qui viennent assassiner les opposants dans leur lit, comment oser continuer à serrer la main d'une de leurs créatures ?

Leur propagande, la plus dure de tous les pays dominés par le nationalisme arabe, soutient mordicus qu'il s'agit de terroristes islamistes, alors que tout le monde sait qu'il n'en est rien, même si les islamistes jouent leur jeu ; et ce n'est pas parce qu'ils le jouent qu'il faille en retour se dire mieux vaut Assad ou le chaos alors que Assad c'est le chaos.

Il attend le feu vert des khomeynistes iraniens pour jeter ses robots du Hezbollah à l'assaut, espérant par exemple que l'autre chaos s'annonce fin septembre 2011 lorsque le Hamas et son affidé amoindri du Fatah déclarera son "indépendance" ; aussi l'important aujourd'hui consisterait à porter le débat à hauteur de jeu démocratique et d'indiquer que la question cruciale n'est pas Israël mais la démocratie réelle dans cette région ; comme les peuples de ces contrées l'ont indiqué en majorité, malgré l'armée et leurs jouets islamistes. Il faut donc que la France mène la fronde et indique qu'elle va quitter l'ONU telle date, si celle-ci ne se réforme pas en profondeur... 

 

*

 

Coptes :

 

Les musulmans dits islamistes croient leur jour arrivé et donc font pression, ils ne veulent pas de l'équité avec les chrétiens (ne parlons pas des juifs décimés, expulsés, déchus de leur nationalité après l'arrivée de Nasser au pouvoir) alors que les musulmans restent en réalité étrangers à la terre d'Egypte, ce sont des envahisseurs qui ont été tolérés durant des siècles parce qu'à la suite du règne des berbères Fatimides, et la victoire des esclaves Mamelouks (non musulmans au départ, bien que Turcs), la civilisation islamique (plus que l'islam lui-même) semblait unifier les forces sociales alors qu'en réalité elle immobilisait leur énergie (surtout depuis sa prise directe par les Ottomans) jusqu'à l'arrivée de...Napoléon.

Mais ensuite, pris entre deux feux, la modernité en marche et le renouveau salafiste via le wahhabisme qui refait surface en Arabie au milieu du XIXème siècle, l'Egypte n'a jamais pu renouer avec la grandeur pharaonique ; certes, on pourrait dire la même chose de la Grèce, voire de Rome, etc ; sauf que la Grèce, hormis de brèves périodes, n'a jamais été unifiée sinon contre la Perse ou sous domination macédoine (Alexandre); et lorsqu'elle a été dominée par Rome puis par la Turquie, la Grèce disparut de l'Histoire, mais non sa civilisation bien entendu ; (sauf que les Romains, conscients de cet état de fait préféraient l'histoire et le droit à la philosophie qui à hautes doses fait de mauvais soldats...). Mais Rome alors ? (nous sommes en brèves d'Internet donc allant de fil en aiguille etc)

Rome est mort de son centralisme, étatisme (période de l'Empire) Rome est morte non pas comme République mais Empire : cela veut dire que les élites se précipitaient vers Rome (même Jugurtha l'a fait)laissant le flanc de l'Empire aux moins doués et aux Barbares... Idem en Egypte où tout se passait au Caire...tandis que le reste de l'Egypte se vitrifiait peu à peu dans le féodalisme dégénéré avec l'islam comme ciment mais au sens d'immobiliser et non de construire... Aujourd'hui la ou plutôt les sociétés égyptiennes veulent bouger, mais les forces conservatrices se conjuguent (y compris à l'extérieur) pour l'en empêcher : mieux vaut une Egypte amoindrie qu'une Egypte forte, même démocratique, voilà ce que les cyniques disent, les mêmes qui jouaient le Hamas contre le Fatah et maintenant ont et le Hamas et le Fatah en face d'eux...

 

*

 

Radars :


Une accidentée sur RTL disait qu'elle avait été heurtée par un conducteur ivre et en excès de vitesse ; gageons que l'alcool a bien plus à voir que la vitesse ; par exemple l'Italie et l'Allemagne ont moins de morts que la France, (mais plus pour l'Italie en moyenne pondérée...) alors que la vitesse sur autoroute n'est pas bridée  (je l'ai vérifié en Italie avec des pointes à 170 sans souci sur Milan-Venise, Rome-Naples, et j'étais lent par rapport aux natifs...) ; mais il faut dire aussi que la moitié des morts concernent les automobilistes et il faudrait décompter les somnolences (près de 1/3), l'alcool donc, et l'excès de vitesse en effet mais sur le réseau...secondaire ! En fait les radars devraient être installés plutôt là.

Mais tout cela révèle deux choses : 1/ la non pertinence de cette politique (l'emplacement des radars, la surlimitation de vitesse) laisse accroire qu'il s'agit uniquement de raket étatiste ; 2/ l'Etat agit ainsi pour limiter le déficit de la SS.

Or, il serait possible à la fois d'avoir une politique cohérente en lien avec tous les acteurs concernés (victimes, conducteurs auto/moto, assureurs) et à la fois laisser libre la protection sociale qui pourrait s'articuler également avec le système des assurances véhicule, tout en faisant des économies d'échelle en s'associant à l'international ; bref nous avons les inconvénients de l'étatisme et de l'affairisme besogneux du fait d'un marché réduit aux mutuelles et aux assurances hors protection sociale...

 

Sage-femmes :

Voilà pourquoi d'ailleurs les sage-femmes libérales manifestent assujetties à un 19 euros horaire alors que les médecins sont à 23...Or ces limitations, comme autrefois le pain, n'ont aucun sens sinon justifier la mainmise étatique sur la protection sociale qui se porterait bien mieux sans lui, à partir du moment cependant où certains principes sont partagés, comme la mutualisation des soins lourds, la création d'un fonds commun de solidarité auquel on peut aussi contribuer par déduction fiscale.

 

RSA (et CMU !) :

 

Un dernier (pour la "route"...) : si les charges n'étaient pas aussi lourdes (étatisme droite et gauche, les funambules du FNUMPS), si les nouvelles technologies (OGM comprises) n'étaient diabolisées, l'innovation bridée, l'Université, l'école, libérées, si, si, si, peut-être qu'il n'y aurait pas besoin de cet assistanat.

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas de la solidarité, mais il est vrai qu'il y a les abus vis-à-vis de la CMU par exemple : ainsi mon dentiste m'explique que vous êtes étranger avec un permis de séjour de 3 mois vous avez droit à la CMU donc y compris le droit aux couronnes avec possibilité de demander un fonds complémentaire  (+ le travail au noir) alors que des français (d'origine étrangère aussi bien) mais dépassant le barème n'auront pas le droit à cela, sauf mutuelle (assez chère vu la taille réduite du marché...). Aussi faire du buzz pour exiger que les rsaïstes travaillent 5 heures par semaine est ridicule vu l'énormité de la faille qui explique bien pourquoi le FN a réussi à se refaire une santé depuis 2007...

En fait, il ne s'agit pas de "vivre ensemble" seulement, chacun écrasé par sa communauté, mais d'être ensemble :on partage des choses ensemble sans empiéter sur la liberté de chacun ; voilà le réel programme qu'il s'agirait de défendre en 2012...


Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 08:17

arton2735-6325dPouvait-on "les" empêcher ? Oui clament en choeur les dirigeants syriens libyens yéménites, bahreïniens et algériens, et c'est qu'ils font, avec des centaines d'assassinés pour les deux premiers, plusieurs dizaines pour les deux autres, l'Algérie est encore en stand by ; en ce sens ces dirigeants présentés auparavant comme sinon modérés du moins des sortes de "remparts" n'ont, par leur tuerie actuelle, y compris lors de funérailles, rien à envier à Ben Laden dont ils voulaient faire croire qu'ils "nous" protégeaient, s'en distançaient.

Et concentrons-nous sur l'Egypte. Pouvait-on réellement empêcher le processus? L'armée égyptienne par exemple devait-elle elle aussi tirer dans le tas afin d'éviter que tout bouge en particulier le modus vivendi avec Israël ? Certains, le pensent, l'écrivent, des "amis d'Israël" disent-ils, ne voyant pas ou peu que c'est ce status quo, toujours opératoire, qui a amené à la situation actuelle.

Faire croire en effet le contraire ne serait qu'une illusion de plus alors que la situation actuelle de "détestation" d'Israël, du moins en France remonte à la fameuse phrase de De Gaulle, (" Israël pays sûr de lui et dominateur "(1)) ce qui avait suscité le courroux de Raymond Aron comme il l'explique dans ses Mémoires. Il est certes aisé de monter en épingle les velléités actuelles de certains courants militaires égyptiens, lambeaux du nationalisme arabe en déroute, et cherchant à modifier les données géopolitiques locales, le tout pour faire croire qu'elles seraient la conséquence directe des révolutions, ce qui est aller vite en besogne. Car il faut bien dissocier les luttes intestines au sein de l'armée égyptienne et ce qui s'est passé sur le terrain, surtout depuis la disparition de Saddam Hussein, le boom économique en Israël certes, mais aussi en Afrique, hormis précisément les zones contrôlées par le tiersmondisme mourant (Zimbabwe) l'islam radical (Nigéria, Soudan, Somalie...) ou encore tiraillées par les derniers relents de guerres civiles aux radiations encore vives (Ouganda, Congo, Tchad...). Or, il était de plus en plus insupportable pour les populations tunisiennes, égyptiennes, etc, d'observer de tels décollages alors qu'elles restaient sur le bord de la route.

Mais si la diabolisation d'Israël n'a pas été au centre de ces révoltes, cela ne veut pas dire que certains, tels Baradeï, et surtout Moussa de la Ligue Arabe, ne vont pas utiliser ce qui doit se passer en septembre, à savoir la déclaration unilatérale soutenue par certains Etats européens (dont la France) et la majorité de l'Assemblée Générale onusienne, pour arriver au pouvoir en attisant ainsi ces tensions, sauf que cette stratégie n'est pas le résultat de ces révolutions, mais un outil surgi par et dans un moment opportun. Ne mélangeons donc pas les choses.

Aussi vaudrait mieux-t-il plutôt travailler sur l'idée de désamorcer la bombe officielle qui va être lancée en septembre. Comment s'y prendre ? Déjà en soulignant qu'Israël a perdu la bataille médiatique depuis plusieurs années ; je me rappelle en avoir discuté lors d'une réception avec une représentante de l'ambassade d'Israël en 2004 je crois, en pleine période d'attentats kamikazes, elle m'a regardé comme si j'étais un martien. Plus tard, l'ambassade a fait des efforts avec son site etc, mais c'est tout à fait ridicule bien sûr, il aurait fallu acheter de pleines pages des journaux pour créer la polémique, pour dénoncer les mensonges sur le pourquoi et le nombre de réfugiés, sur les juifs expulsés des pays dominés par l'arabo-islamisme, sur le fait que lesdits réfugiés palestiniens n'aient jamais eu le droit de s'insérer dans les pays dits d'accueil au Moyen Orient puisqu'il ne fallait surtout pas oublier que l'existence d'Israël ne doit jamais être accepté.

Il aurait fallu organiser des colloques, d'Etat, que le 1er ministre, le président israélien, organisent solennellement des débats pour rétablir la vérité ; mais ce n'est pas trop tard pour le faire, et, dans la foulée, pourquoi ne pas inviter Bill Clinton pour qu'il répète ce qu'il a dit dans ses Mémoires à savoir que la faute en revient à Arafat qui a refusé de signer le second volet des Accords d'Oslo...

Pourquoi également ne pas faire de publicité sur les propositions d'échange de territoires ? Sur le fait que l'accord actuel entre le Hamas et le Fatah implique qu'ils s'accordent sur les chiffres monstrueux en matière de réfugiés : 7 millions pour le 1er, 4,5 pour le second ; maintiendraient-ils ces chiffres ? Il faut que l'opinion publique mondiale le sache. Le combat est idéologique et médiatique et doit s'effectuer sans tarder, il est incroyable que cela ne se fasse pas, alors que le fait d'être pour ou contre le processus, Oslo, etc, n'a rien à y voir, puisque les champs idéologiques et médiatiques sont des champs de guerre.

Si la contre propagande est bien faite, (cela va coûter plusieurs milliards de dollars néanmoins) il est possible de gagner la bataille de l'opinion sur l'échange de territoires (on verra d'ailleurs que les arabes israéliens n'ont aucune envie de basculer dans un Etat dominé par les nationaux-islamistes de l'OLP reconstitué) et aussi sur le nombre des "réfugiés" ; reste Jérusalem.

Ma position, en conformité avec les racines historiques non religieuses du sionisme, avait été autrefois de militer pour Tel Aviv comme capitale, et que lesdits palestiniens choisissent une capitale, mais certainement pas Jérusalem Est. 

 Aujourd'hui, le fait que Jérusalem soit la capitale d'Israël coule de source si l'on admet que le peuple d'Israël a retrouvé sa souveraineté sur sa terre (comme le peuple Kurde, du moins pour une part, et un jour le peuple Amazigh).

Un compromis pourrait néanmoins être soumis à la discussion (vu en plus l'état actuel de la situation qui ne pourra que s'amplifier à partir de septembre) : en excluant l'espace religieux qui serait géré par des représentants des trois religions sous l'aval de l'ONU, les quartiers palestiniens pourraient servir de capitale si et seulement si les deux autres volets, nombre de réfugiés, échanges de territoires étaient avalisés (et si la population palestinienne le désire, ce qui ne semble pas évident au vu d'un récent sondage).

Est-ce le plan Olmert ? Pas exactement, puisqu'il ne semble pas que celui-ci ait inclut l'espace religieux, or c'est celui-ci qui pose essentiellement problème, "les" palestiniens voulant mettre la main dessus afin de donner toujours l'impression qu'ils dominent toujours la Palestine, leur mosquée flanquée sur le Mont du Temple étant on le sait un établissement "militaire" de contrôle dans la guerre idéologique des fluides symboliques.

Imaginons alorsque l'actuel 1er ministre israélien, après disons trois mois (juin juillet août) d'intenses "bombardements" médiatiques (nombreuses pages publi-rédactionnelles, conférences officielles, colloques avec personnalités dont Bill Clinton, indispensable, etc) annonce en septembre une négociation sur ces trois volets avec possibilité d'une ouverture (miroitée...) sur Jérusalem Est (qui est en réalité le seul argument réel du côté palestinien), il est alors possible que la division s'installe dans les soutiens actuels au "camp" palestinien et que l'énorme pression actuelle se retourne contre...lui. 

Quoiqu'il en soit, je veux dire, indépendamment de la question des quartiers palestiniens de Jérusalem, mettons cela de côté, qu'est-ce qui empêche déjà que sur les trois questions, le pourquoi des réfugiés, l'exil forcé des juifs des pays nord africains et moyen orientaux, la possibilité d'échange de territoires, (avec les sous questions : mixité ethnique etc...) il n'y ait pas l'amorce d'une formidable campagne d'explication médiatique ? A part une mini-campagne sur Facebook je ne vois absolument rien venir. Attention au syndrome de la ligne Maginot...

Si par contre une réelle campagne s'amorce, on verra dans ce cas où se range les Jean Daniel, (va-t-il refuser les pages publi-rédactionnelles ?... Et il n'y aura pas que lui, le Monde par exemple;..) ne parlons pas d' Attali, Debray etc...

L'enjeu est d'ailleurs d'ores et déjà français puisque Nicolas Sarkozy veut jouer son second mandat là-dessus pour une (grande)part. Mais étrangement, début mai, la "communauté" juive et leurs sympathisants préfèrent, en France et aussi aux USA, s'en prendre aux... révolutions en Afrique du Nord et au Moyen Orient comme si c'était celles-ci qui seraient la cause en réalité de leur propre inertie, malgré leur vocifération apparente actuelle...

 

*

 

Juste un mot sur ledit scandale des "quotas" en matière de football  : le Monde.fr sport a sorti un intéressant article " :

Les "binationaux", enquête sur ces footballeurs français qui ne jouent pas en bleu"

On y lit ainsi que l'affaire est bien plus complexe puisque nombreux de jeunes joueurs formés par la France préfèrent jouer dans leurs équipes nationales d'origine ; sans compter aussi le fait que le recrutement en amont s'établit sur des bases bien plus athlétiques que footballistiques : un "petit" n'aura ainsi bien moins de chances d'être recruté, ce qui peut alors aller aussi à l'encontre de certains joueurs d'origine européenne ; sans compter les jeux troubles suscités par le Ministère de la Jeunesse et des sports depuis 30 ans pour se servir du foot comme facteur exacerbé de pacification au détriment de l'unique critère en effet indispensable : la qualité footballistique.

Il faudrait en réalité faire une enquête (réelle) dans les fédérations, les municipalités, et l'on verra que celle commanditée par l'ex du Monde peut se retourner contre l'arroseur ou plutôt le pompier pyromane... 

 

Notes

(1) : Georges-Marc Benamou : 10 

 

" Nous étions de retour à l'Elysée, côté Porte du Coq. Il n'avait pas envie de retourner à son bureau - pour faire quoi ? Sur le trottoir, il prononça brusquement la fameuse phrase de De Gaulle :"Israël, peuple d'élite sûr de lui-même et dominateur ...( ) et ajouta dans un petit rire :"Si moi j'avais dit la moitié de ça. Imaginez ..." ça le reprenait. Le syndrome de persécution, l'enfantin "pourquoi moi, pourquoi pas lui ?". 
Il répéta, sardonique :"Peuple juif, sûr de lui et dominateur ..." puis rumina :"Où étaient-ils ceux qui me conspuent aujourd'hui, les notables, l'establishment, les intellectuels juifs ? On ne les a pas vraiment entendus contre de Gaulle. Pourtant il y aurait eu à dire ... Il n'y a eu que Raymond Aron pour rompre, pour avoir ce courage. Mais à part Aron, qui ? Personne ! Alors que la politique de De Gaulle était pro-arabe, qu'il y avait un boycott envers Israël, que c'était la pire des droites avec ses pires préjugés antisémites. Ils n'ont pas bronché. Ils n'ont rien dit ... Alors pourquoi moi ?" "

Ibidem, p. 240-241.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 06:57

lso.jpgIncroyable nouvelle ! ainsi apprend-t-on durant le 2 mai (2011) que Ben Laden était musulman alors qu'on le croyait terroriste...

En effet, non seulement le Pentagone qui a cru l'avoir immergé selon le rite musulman, mais aussi la plus haute instance de l'islam sunnite, l'université Al Azhar, et...la Grande mosquée de Paris qui assurent toutes les deux que Ben Laden n'a pas été enterré dans les règles.

Deux choses peuvent être apprises ici :

1/ si, en Occident, on ne connaît même pas le rituel musulman, en tout cas pas entièrement visiblement, comment peut-on ergoter sur une connaissance hypothétique de l'islam en son entier autrement plus complexe ?

2/ si donc Ben Laden s'avère être un musulman, puisqu'il a été (ou devait être) enterré tel, est-ce que cela voudrait dire que l'on pouvait être musulman et terroriste ?

Approfondissons en synthétisant les deux questions comme ceci : le fait que Ben Laden ait été reconnu, dans tous les cas de figure, comme musulman est en totale contradiction avec l'affirmation assénée encore et encore, y compris par Obama (Alain Juppé aussi) que l'islam n'a rien à voir avec le terrorisme, que Al Kaïda n'est pas musulman...

 Si cela est vrai, Ben Laden non plus... Que dit Obama là dessus dans son annonce ? :

“J’ai dit clairement, comme le président Bush l’a fait peu après les attentats du 11 septembre, que notre guerre n’est pas contre l’Islam. Ben Laden n’était pas un leader musulman ; il était un tueur de musulmans. En réalité Al-Qaida a massacré de nombreux musulmans dans de nombreux pays, y compris dans le nôtre”, a-t-il ajouté ".

Obama ne se prononce pas en réalité là-dessus, il explique que Ben Laden n'est pas un "leader" musulman, autrement dit capable de dire l'islam tel qu'il est. Or, si le rituel funéraire musulman n'est même pas maîtrisé, comment peut-on prétendre connaître quelque chose qui serait le "vrai" islam ?

Ainsi il existerait, quelque part, un savoir, une sagesse, une religion (mais pas une doctrine politique non, surtout pas) qui aurait atteint un jour un point optimum, si riche, si élevé (il a même dans sa bonté civilisé l'Europe barbare du Moyen âge) qu'il est devenu l'idée même de paix. N'y-at-il pas d'ailleurs une conception islamique des droits de l'Homme ?...

Sauf que... quelqu'un, quelques-uns (des "méchants"?) aurait corrompu ce point le plus élevé de la connaissance et de la sagesse humaine, qui aurait été dévié, détourné, corrompu ; par exemple par un Ben Laden, qui, s'il reste tout de même musulman (puisque l'on polémique sur le rite funéraire) n'en est pas un "leader", puisqu'il n'a pas professé le vrai islam que connaît bien Obama (la preuve : il connaît bien le rituel funéraire musulman) : CQFD.

Pourtant, il aussi possible d'avancer que si Ben Laden s'est avéré après tout musulman c'est qu'il pouvait avoir une connaissance tout de même de sa foi, à moins d'expliquer seulement qu'il est "né" musulman. Or, deux contradictions là-encore émergent :

1/ l'islam serait donc une nationalité.

2/ Ben Laden, bien que "né" musulman ne connaît pas l'islam.

 

On peut aisément réfuter la première, même si en la creusant via des enquêtes etc, l'on verrait que beaucoup de personnes pensent ainsi...

Quant à la seconde, qui peut être sûr et certain que Ben Laden ne connaissait pas l'islam ?

Les doctes (et pas seulement en rituel funéraire musulman) répondent tout simplement que l'islam ce n'est pas le terrorisme. Pourquoi ? Parce qu'il n'est dit nulle part que des innocents doivent être tués.

Sauf que ces innocents doivent le prouver, et que des innocents peuvent être tués en représailles. Ainsi Mahomet a tué de sa propre main des centaines de juifs :

 

En effet, si l’on s’en tient par exemple à un abrégé de la biographie de Mahomet telle qu'elle a été définie par Ibn Hichâm (Fayard, 2004, traduction Wahib Atallah), - on peut y lire ceci (p. 232):

« Exécution des Banû Quraydha (Sîra, II, 58-60). Le Prophète recommanda à ses compagnons : «Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le » Ainsi, lorsque le Prophète l’emporta sur les juifs des Banû Quraydha, il prit près de quatre cents prisonniers et donna l’ordre de leur trancher la gorge».

Page 277, ( Sîra, II, 240-241) il est question de la même tribu, six cents à neuf cents hommes, qui cette fois fut égorgé par le Prophète lui-même :

«(…) Il alla (…) sur la place du marché de Médine (…) et y fit creuser des fossés. Puis il fit venir les Banû Quraydha par petits groupes et leur coupa la gorge sur le bord des fossés. (…) Ils étaient six cents à sept cents hommes. On dit huit cents et même neuf cents. (…) Le Prophète ne cessa de les égorger jusqu’à leur extermination totale».

Or, l'islam ce n'est pas seulement le Coran (qui n'est pas avare de versets guerriers) mais aussi la biographie de Mahomet (inclue dans la Sunna) et la Sharia, trois aspects une seule pratique qui est dite par le "leader" musulman reconnu... Ce qui fut le problème de Ben Laden en réalité... Il aurait vécu à l'époque où cela ne posait pas de problèmes, jamais personne n'aurait dénié à Ben Laden son caractère de musulman. Or, c'est bien cela l'important.

Comment se fait-il, qu'aujourd'hui, l'on n'ait plus la même perception ? Est-ce que, entre-temps, l'islam aurait atteint un point si élevé qu'il serait devenu la paix même ("que la paix soit avec toi") ? Ou est-ce que l'islam que l'on nous annonce comme étant le seul et le vrai s'avère être une construction fabriquée en Occident ?...

En tout cas, ce qu'il faut observer, c'est que cette double question est au coeur même des actuelles révoltes en Afrique du Nord et au Moyen Orient. D'autant que les régimes qui sont ébranlés depuis plusieurs mois sont considérés comme des régimes musulmans du vrai islam (ce que contestait...Ben Laden) puisque l'islam est à la source de leur Droit... Or, c'est bien cela qu'il faudrait aborder, l'échec de l'islam à gérer la société complexe... Mais l'on vous dira (comme pour le communisme) que ces régimes n'incarnent pas non plus le "vrai" islam...

D'où l'idée d'étudier l'islam réel, et non pas seulement "vrai". (A Suivre donc...)


Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 21:06

one.jpgL'objectif est de plus en plus clair au fur et à mesure : tout faire pour accentuer la montée du FN comme l'avait fait Mitterrand en 1986 ; donc créer une ambiance année 30 ; parler de "race sociale" faire ainsi croire que le musulman est le juif de notre époque, ce qui serait hilarant si la tentative n'était pas aussi ignoble. Mais on ne fait pas d'omelettes... Le but ? Susciter un front anti-fasciste comme l'avait fait le PCF et se projeter en avant, même si ce programme de défense de l'islam est un peu court pour solutionner tous les problèmes (dont la clique, faisant faussement croire qu'elle en est la solution). La clique, celle d'un Krasny (pseudo de Edwy Plenel à la Ligue Communiste des années 70) aide à faire monter le FN, c'est sa seule raison.

Ainsi, il est interdit d'opter pour une société équilibrée : pourquoi pas aussi des non bi-nationaux en équipe de france de football ? Alors qu'il existe des quota pour les femmes dans les partis politiques, et aussi de la discrimination positive à l'entrée de certaines grandes écoles... Comme l'objectif est de faire monter le FN peu importe ; il s'agira donc de nier la réalité, coûte que coûte. Nier qu'il a été demandé beaucoup de sacrifices aux divers peuples composant la France, jusqu'à les empêcher de parler l'alsacien, le breton, le corse, d'écrire aussi dans ces langues aux devantures, alors qu'aujourd'hui des gens se prétendant français imposent de plus en plus leur écriture non française, leur langue non française, leur religion non issue de millénaires de présence comme les juifs et les chrétiens.

Bref, autant de "refusards" qui se prennent pour des dreyfusards dont l'objectif est cependant d'inciter leurs congénères silencieux à prendre position, à les déclarer leurs représentants, ce qui implique, comme le fait un Didier Fassin, nouveau St Just avide de puissance, de racialiser les débats les soutiens, la politique, la "race" comme dernier avatar à détruire après la langue la pensée l'art ; pour laisser place au vide de l'homme sans qualités sinon une béance seule identité rendue obligatoire. C'est énorme, immense comme Babel et cela marche ; il n'y a pas une seule émission où l'on ne déclame pas le couplet sur la France raciste, pas une, ce qui fait bien sûr monter les extrêmes à l'affût d'une opportunité pour saisir l'accident, l'imprévisible. Alors que la grande majorité les rejette : mais les révolutions ont toujours été faites par des minorités organisés, quitte à mater ensuite le peuple récalcitrant jusqu'à le faire voter comme il faut : UMPS contre FN. Pour le pire contre le meilleur. Tout le monde connaît ce scénario. Et il se déroule sous nos yeux dans l'indifférence générale.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 19:50

           DownloadedFile-3                     DownloadedFile-1                              

                  Edwy Plenel?   Joseph Staline?                                                 

       

 

" Quelle échéance ! quelle déchéance ! " voilà les mots guillotines qu'a froidement employé le commissaire politique post trotskiste Edwy Plenel à l'encontre de Robert Ménard lundi 11 avril à l'émission Mots Croisés, en compagnie de la commissaire politique Ariane Chemin, parce que Ménard aurait franchi la ligne, non pas celle d'un supposé racisme (entendez : critique envers l'islam), non pas celle de sa provocation à propos du FN vilipendée par l'autre commissaire politique Nicolas Domenach de Marianne (entendez : il est interdit de comprendre sa montée juste la condamner, mais il est vrai que Ménard "aggrave" son cas en signant un livre à paraître : Vive Le Pen) non, le commissaire Plenel a lancé cette sentence, en choeur avec sa consoeur Chemin parce que Ménard n'était pas contre la peine de mort pour certains cas. Crime de lèse majesté, le seul legs de la "gauche" française au XX ème siècle ! Plenel comme Molosse et Méduse réunis donc (Mais Ménard n'est pas Persée).

 

0256018F04166532-c2-photo-dr.jpg

 

Ainsi, Plenel, et ce " au nom du peuple" (ce qui est hilarant venant de lui) le jette à la meute c'est l'émeute sur un plateau de télévision, pour la première fois depuis longtemps sans doute, ce qui est incroyable lui Plenel dont le courant a été complice du massacre de millions de Russes, Vietnamiens, Cambodgiens...Kaddafi était leur ami... Castro... Mais en même temps c'est tout à fait normal venant d'un piètre panseur (du sous Debray avec un style copié sur Albert Londres) ayant semé la terreur au Monde en le réduisant à la Pravda, puis à la feuille de chou actuelle, Le Monde qui était la référence en matière de relations internationales (du moins après la presse anglo-saxonne qui compte) est devenu une officine pro-nationalisme arabe (le Nouvel Obs via Foucault draguait plutôt côté khomeyniste) mettant sans cesse Israël au pilori, Plenel donc, toujours lui qui prétend encore au nom dont ne sait quelle science supérieure en savoir plus sur la démocratie alors qu'il ne savait déjà rien sur le communisme ; n'oublions pas que Staline était considéré comme un "centriste" dans les années 20 alors que Trotsky réclamait du sang à commencer par les marins de Kronstadt . Plenel donc a réussi à se faire un non grâce au Monde du temps de sa grandeur mais qui a toujours été fasciné (un peu honteux de sa réussite bourgeoise) par l'aura trotskiste porteuse d'un idéal de pureté révolutionnaire alors qu'il s'agissait d'une réitération de la terreur ultra jacobine.

Et Plenel et ses semblables dracules en se payant Ménard aimerait faire le coup des années 20-30 lorsque la monstruosité communiste, qui a fasciné Hitler, poussait les âmes humaines (trop humaines) vers leur caricature fasciste et nazie parce que trop c'est trop et qu'il était insensé de laisser ces crapules ignares, soudards même pas Souabes, parler " au nom du peuple"; mais évidemment le fascisme et le nazisme étaient des amateurs sauf dans la destruction industrielle du non Germain alors que le communisme tuait bien plus mais plutôt à petit feu, de mort lente (pas celle de Brassens) dans les camps glacés (il n'y avait pas encore le réchauffement climatique) et ce au nom de l'Humanité (aujourd'hui de la Terre en attendant l'Univers) ; d'où l'impossibilité de faire un Nuremberg du communisme malgré les livres noirs ; voilà pourquoi les apprentis dictateurs des âmes comme ce Plenel crânent encore, donneur, non, vendeur de leçons, ce qui est horripilant, mais c'est ainsi : Ménard doit donc se taire (2+2 font 5 !) car Plenel va lui retirer sa carte de journaliste : " je ne vois pas d'info dans ta prise de position" lui a lancé Plenel avant de l'incendier ; comme si Ménard devait correspondre à la définition plenelienne du journalisme alors qu'il a plutôt la fonction d'un chroniqueur ayant aussi sa propre émission. On peut ne pas toujours être d'accord avec Ménard, surtout d'ailleurs lorsque sur certains sujets il va dans le sens de Plenel :-) mais de là à exiger de lui le silence (parce que c'est ainsi que l'on tue les opposants dans le gang des commissaires férus de psychologie politique post trotskiste) il y a là aussi une ligne à ne pas franchir, même pour Plenel et ses semblables, Dracules, qui prétendent toujours faire le jour et surtout la nuit. Soyez pieux donc : enfoncez-les.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 09:00

imode.jpgC'est lui, et lui seul, qui a envenimé le débat sur la place de l'islam dans un pays laïque en considérant que cela le "stigmatiserait" alors que ce débat veut indiquer semble-t-il à partir de faits et non pas de fantasmes certaines limites à ne pas dépasser ; d'ailleurs, une succession de débordements ont rendu nécessaire une loi sur les signes ostensibles dont le voile islamique et une loi sur le fait de se cacher le visage dont la burka, ce qui indique bien qu'il ne s'agit pas de lubies "islamophobes" ; et ce n'est pas parce que ces faits restent "minoritaires" qu'ils ne se surajoutent pas à une multiplicité de manquement à la loi dans tous les domaines (dont les violences à la personne et les nuisances de voisinage) d'une part ; d'autre part, si ces faits devenaient "majoritaires", un débat sur la laïcité tournerait à l'affrontement global ; enfin, ce n'est pas parce que des débordements sont  "minoritaires" qu'il ne faut rien faire, voire ne pas en discuter ce qui serait d'ailleurs le comble en démocratie : le crime reste minoritaire, cela n'empêche pas d'en parler et même de légiférer contre lui.

Mais c'est là la partie immergée de l'iceberg. Parce que le 1er Ministre depuis pratiquement 4 ans au pouvoir n'a en réalité rien fait sinon des réformes mineures, voire de la cosmétique à commencer par sa réforme de l'Université qui voit encore des commissaires politiques décider du recrutement le plus à gauche si c'est possible, (du moins dans les sciences sociales, humaines, et les lettres). Mais c'est là la cerise sur le gâteau. Puisque toute tentative d'élargir les sources de financement sont empêchées, et cette fois par les syndicats de gauche, sauf si cela relève de la formation continue. En réalité la gauche par son refus de la liberté et la droite par son centralisme invétéré sont responsables de la paralysie actuelle qui date depuis des décennies. Si les Trente Glorieuses avaient été le succès que l'on dit il n'y aurait pas eu 68... et inverser la chose (sans les Trente Glorieuses il n'y aurait pas eu 68) n'est qu'un effet de manche puisque à la source les problèmes restent les mêmes quant à la construction d'une dynamique pérenne de croissance qualitative capable de satisfaire le plus grand nombre et non pas une poignée de nantis parasitant le marché public, l'aide publique, le tout saupoudré par le clientélisme de l'Etat Providence qui créé de l'assistanat et non pas de l'encouragement pour ceux qui se " lèvent tôt".

Ne parlons pas des 7,2% de déficit budgétaire soit 4,2% en plus de ce qui était permis dans la zone euro, ne parlons pas du coût incommensurable d'une protection sociale qui pourrait être bien mieux pourvue par la concurrence, n'oublions pas que le prix mondial du gaz a chuté du tiers alors qu'il augmente en France, de même que le pétrole, n'oublions pas que la SNCF, la Poste, sont dans un état critique, on pourrait poursuivre, il faudrait d'ailleurs aller dans le détail, faire un audit indépendant, pour observer l'état réel d'une France dans laquelle les Restaurants du Coeur ont servi 850 000 repas par jour soit plus de 160 000 que l'année dernière, il suffirait déjà de lire les rapports de la Cour des Comptes : ainsi le coût des musées aurait décuplé, ils sont donc déficitaires, un musée à venir serait pour les arts de l'islam (alors que l'art n'existe pas ou peu en Islam sinon dans la Perse chiite ou alors dans l'architecture mauresque andalouse), pourquoi pas un musée sur les arts du christianisme, du judaïsme, du bouddhisme ? Pourquoi les représentants de ces spiritualités n'écrivent pas une lettre en ce sens d'ailleurs puisqu'ils sont si friands de glose sur la laïcité alors que celle-ci s'est construite contre elles ? Sans leur demander la permission... L'auraient-elles oublié ?... Au nom de quoi seraient-elles plus compétentes que des partis républicains pour en parler ?...

Il paraît que François Fillon représenterait le gaullisme social, or c'est précisément celui-ci qui, issu du Conseil National de la Résistance si cher à Hessel, a produit cet étatisme qui étouffe aujourd'hui la France, qui la corsète, la noie, (et le "sauvetage" des banques en 2007 est un gros mensonge) alors que les autres nations essayent au contraire de s'alléger non pas vers le moins mais pour le mieux ; ce que ne comprend évidemment pas une classe politico-médiatique choyée, ayant même créé son islam à elle, qui n'existe qu'à Paris ou à Washington (Berlin et Londres en sont revenus) glissant comme dans un rêve sur les moquettes des studios et des salons capiteux et soyeux de la République. En plus Marine Le Pen vient de passer 3ème dans les sondages, donc tout va bien.

A vrai dire non seulement François Fillon devrait démissionner, mais Nicolas Sarkozy aussi ou du moins, décemment, s'effacer. Puisque lui aussi (surtout lui) a failli, son livre "Libre" étant désormais empilé dans les greniers de la République, laissé à la réflexion rongeuse des souris.

D'aucuns parlent de Claude Goasguen pour la droite et de François Hollande pour la gauche.

Goasguen contre Hollande, cela aurait, enfin, de l'allure. Du moins au 1er tour...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 21:18

one.jpgCela commence toujours comme ça : d'abord l'assassinat d'un bébé de trois mois, il y a quelques jours, pour indiquer que l'on ne reculera devant aucune monstruosité, absolument aucune (en 1945 en Algérie quand cent deux européens avaient été non pas tués mais émasculés, mains sexe sectionnés) puis l'attentat, afin de créer le bain de sang qu'avaient déjà fomenté les ulémas en 1870 en Algérie lors de la révolte kabyle afin non pas de lutter pour l'indépendance (quelle indépendance ? L'Algérie n'existait pas avant 1830) mais créer un fossé, quelque chose d'irréversible que pas une seule manifestation pour le boycott d'Israël ne pourra plus stopper bien au contraire, les attentats ne faisant que multiplier l'idée que la notion de paix pourtant inscrite dans le salut du bonjour en arabe n'est que poudre... aux yeux des idiots utiles incapables de voir que les apprentis sorciers cherchent à attirer vers eux l'énergie révolutionnaire des différents pays en ébullition ; d'où l'idée de quelque chose d'énorme à faire surgir en et contre Israël ; les dirigeants qui se sont servis du problème palestinien créé par eux puisqu'ils ont refusé la partition de 47 (l'exode n'est venu qu'un an après sous injonction de la déjà fameuse Ligue "arabe") diront d'ici quelques jours : "comment ? Vous manifestez contre nous alors que vos frères palestiniens meurent ! honte à vous ! faisons la paix des braves et allons (allez) attaquer Israël (pendant ce temps nous continuons à nous la couler douce dans nos harems...).

Ben Bella, sur les conseils de Boumedienne avait fait pareil en attaquant le Maroc en 1963 pour attirer les kabyles encore armés, et Aït Ahmed leur chef est tombé dans le panneau (et il crâne encore en se revendiquant toujours de 1954, de même que le RCD de Saïdi, pas étonnant que le peuple ne bouge pas là-bas), les dictateurs, à commencer par les palestiniens, veulent un bon conflit afin d'enrayer la fuite énergétique de leur cocotte minute, rien de tel que de se payer un bon juif d'Israël comme bouc émissaire (éternel, crime rituel), là au moins l'alliance est sacrée avec les anti-juifs de tous bords.

Et il y aura toujours un Hessel, (un Védrine...) qui expliqueront l'attentat à cause de la situation, alors que même l'IRA et l'ETA ont compris que ce genre de guerre n'arrive à rien face à des Etats déterminés, mais il est vrai qu'il y a le précédent algérien, encore, la France gagne et pourtant perd, le FLN a donc conseillé et même entraîné les premiers tueurs palestiniens...

Nous en sommes là : 100% des torts à Israël, (tout est de sa faute) 0 pour les "palestiniens" (tout est à eux...) donc tout va bien... on peut même voter contre (boycotter) le FN dimanche cet Israël de l'intérieur, ouf !...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 20:18

one.jpgUne fédération de tous les démocrates épris de libertés (au pluriel) doit voir le jour sous le nom d'Alternative libertés, au-delà des différences, nécessaires ; elle défendrait l'idée que ce premier mot de la Devise française -alors que Egalité et Fraternité viennent avant dans l'ordre orthographique-incarne non pas toutes les peurs, mais toutes les libertés (pas seulement politique et/ou libertine comme le pensent la gauche et la droite, leurs extrêmes désirant toujours la mettre sous tutelle) ; ce qui inclut aussi celle du Bien commun (Common Wealth) qui, elle, permet à toutes les autres d'être ensemble, et non pas seulement de vivre ensemble, ce qui implique suffisamment d'équilibre des pouvoirs, d'entente entre épris de liberté pour se rappeler que sans cela il y aurait la guerre.

En bref, face à la faillite, radicale de l'étatisme qui a prétendu parlé au nom de ce Bien (alors qu'il ne parle plus désormais qu'au nom de lui-même), il est temps d'expliquer que liberté je crie ton nom n'est pas affairisme corruption j'écris ton non ; il faut non seulement réagir mais aller de l'avant en expliquant que la liberté, par sa concurrence permet de rendre la vie moins chère et plus confortable pour le plus grand nombre.

J'entendais à l'instant sur France Info que l'association Que Choisir prônait une libéralisation des pièces détachées automobiles sur le marché européen puisqu'une aile de 307 Peugeot était payée 49 euros en Belgique et 140 euros en France. Que dire de plus ? Sinon qu'en matière de santé, de formation, il serait possible d'articuler également qualité et coût moindre pour les moins fortunés.

Il faut en finir avec la peur qui a diabolisé le mot liberté avec le mot libéral pensé uniquement comme ultra, surtout depuis la crise financière alors que c'est l'affairisme d'Etat qui en est le premier responsable. L'Etat n'est plus l'Etat mais un organisme parasite au sein de la Nation qui agglutine autour de lui tous les puissances humaines trop humaines afin de profiter des effets de position : niches fiscales contre monopole sur les marchés publics, avec les errances que l'on sait dans les prêts immobiliers, le médicament, la Cour des Comptes en connaît des belles et des meilleures...(son droit de poursuite devra être renforcé).

Faisons disparaître les ministères inutiles à commencer par la Culture, les Finances (à l'exception du Budget), l'Industrie, la Jeunesse et les sports, l'Education, la Santé..., faisons confiance aux départements et aux régions pour gérer au mieux les besoins économiques et sociaux de la France, laissant les soins et l'enseignement s'accommoder de dispositions singulières permises par le salaire complet, le tout supervisé néanmoins (de façon a posteriori) par diverses Autorités coordonnées par le Ministère de la Justice, rénové, puisque possédant plus de moyens du fait de la restructuration en profondeur de l'Etat qui garderait outre celui-ci, la Sécurité intérieure et extérieure (ex Défense), et les Relations Internationales, soit trois ministères (avec quelques Secrétaires d'Etat). Pour le reste, agriculture, environnement, équipements, régions et départements y pourvoiront supervisés par le Sénat alors que l'Assemblée s'occuperait de l'Europe et du Monde. Le 1r Ministre coordonne l'ensemble, le Président indique les axes, réfléchit à leur affinement. La flat tax devient l'assiette générale de l'impôt payé par tous.

Ce ne sont que des exemples. Point la peine d'en faire un catalogue. Que chacun vienne avec ses propositions et que l'on en discute dans des Assises des libertés qui lancerait à la suite de la synthèse programmatique, la Fédération Alternative Libertés (F.A.L) qui présenterait les propositions phare en Charte des Libertés.

Préparons cela pour cet automne, frappons un bon coup, "nous" verrons bien alors, autrement dit, seulement ensuite, qui soutenir, ou présenter en 2012.

Mais c'est la FAL qui aurait seule l'habilité de désigner les candidats pour les élections législatives, pas du tout le parti dont serait issu le candidat aux élections présidentielles, car il faut vraiment penser largement, comme une Fédération et non une chapelle.

Il est encore temps de montrer à la France qu'elle n'est pas réduite au duel UMP/PS/FN.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article