Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:43

lso.jpgNon. Contrairement à ce qu'a déclaré l'ambassadeur d'Algérie au micro de RTL (le lundi 24 janvier 2011) il n'y a pas différents critères qui définissent le régime démocratique basé sur l'équilibre des pouvoirs (distincts quoique non séparés absolument) le vote majoritaire, et l'ensemble des libertés fondamentales ou droits humains, même le président chinois l'a admis, pour l'instant du bout des lèvres.

Il existe certes plusieurs formes de mise en place de ces critères selon les histoires spécifiques, ainsi les fonctions de Président et de 1er Ministre, les liens entre Exécutif et Législatif, diffèrent, il n'empêche que le souverain suprême est le Peuple et que ses Représentants agissent en son nom et pour lui. CQFD. Même s'il existe un décalage permanent (discrepancy) entre les Principes et le Réel tangible social et politique.

Aussi lorsque l'ambassadeur d'Algérie ergote par exemple en expliquant qu'il existe une liberté d'expression, la démocratie ne se réduit pas d'une part à exprimer des opinions mais aussi à les transformer en réalités tangibles lorsqu'elles deviennent force de loi ; d'autre part la démocratie s'appuie sur des élections irréprochables où la fraude est contenue, ce qui est loin d'être le cas en Algérie premier point. Second point, il est patent que les libertés politiques sont subordonnées à une acception liberticide de l'ordre public comme il a été vu dans la répression violente de la manifestation du samedi 22 janvier 2011 à Alger. Troisième point, la prochaine tenue d'une manifestation le 9 février 2011 organisée par nombre d'organisations syndicales, politiques, et de diverses associations, montre bien qu'il existe un malaise social et politique grandissant en Algérie qui ne s'effacera pas par un déni de réalité comme l'a réalisé l'ambassadeur d'Algérie en France maniant la langue de bois avec une dextérité semblable à l'ex-ambassadeur tunisien à l'UNESCO :-)

L'Algérie n'est pas la Tunisie ? Wait and see...

 

(PS: voir sa traduction en anglais in The Brussels Journal : http://www.brusselsjournal.com/node/4646 )

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 15:44

lso.jpgLa preuve de l'abîme désormais incommensurable entre le dit "Peuple"(1) et ses Représentants en France -et que les voeux officiels sur Internet ne réussiront pas à résorber (au contraire) s'affiche avec impudence et morgue dans certaines remises de Légion d'Honneur. Ce n'est pas nouveau. Mais aujourd'hui cela se voit mieux telle une verrue sur un nez déjà pas mal tumescent à force d'être tuméfié.

Qu'ont fait de si unique, exceptionnel, pour que la Nation leur fasse Honneur de remettre une Médaille stipulant que désormais il y va aussi de leur Honneur de défendre l'Honneur français ? Christine Boutin, voire Fadela Amara, sans énumérer d'illustres inconnus des Arts et des Lettres (je suis trop ignorant pour les connaître tous) et Mohammed Moussaoui, le Président du Conseil français du Culte musulman, qu'ont-ils donc fait de si unique, exceptionnel ? Sans doute les remercie-t-on pour avoir participer à la fabrication de l'illusion du sarkozysme réformateur pacificateur, homme "libre" comme il l'avait écrit à l'époque où le mot libéral n'était pas encore diabolisé comme il l'est aujourd'hui, et le suffixe "néo"n'améliore pas les choses (alors qu'il vaut mieux parler de nihilisme affairiste propre à toutes les époques humaines).

Mais participer à une illusion suffit-il pour avoir une médaille ? Généralement, du moins autrefois, lorsque les médailles étaient gagnées sur le champ de bataille ou pour des services rendus réellement perceptibles par une vaste population cela valait quelque chose ; maintenant tout le monde sait bien que ce sont des médailles en chocolat (même pas Ferero), qui peuvent cependant servir de passe droits dans certains Salons et autres Bals des Ambassadeurs. Cela fait chic sur un costume bien coupé. Les gosses l'ont bien compris qui affichent maintenant des nouveaux pin's en guise de médaille. Même les filles. Mieux vaut ça que le kieffieh palestinien, un peu has been depuis que les chrétiens d'Orient se font massacrer de plus en plus massivement dans l'hypocrisie générale d'un hypothétique "terrorisme international" inconnu, inexistant, invisible, alors que les représentants les plus authentiques de l'islam, Ben Laden et ses amis, revendiquent à juste titre le Message indiqué pourtant en toutes lettres : 

Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. (Sourate 9 verset 5).

Mais s'ils refusent de se repentir ? Vous connaissez la réponse en Egypte, au Nigéria, en Irak, en Algérie et ailleurs (Le Figaro en a fait même fait un dossier, y indiquant aussi les oppressions non musulmanes bien sûr). Bien sûr, vous diront certains fraîchement médaillés, il ne s'agit pas de prendre ces propos " au pied de la lettre" : mais pourquoi cela ? Au nom de quoi ? Au nom d'une nouvelle interprétation plus soft ? Mais alors il faut le dire ! l'écrire ! Certainement pas au nom de ces propos là qui auraient été "dévoyés" alors qu'ils exigent eux d'être respectés authentiquement ; voilà d'ailleurs pourquoi vaut mieux-t-il discuter désormais directement de l'islam avec ceux qui respectent réellement ces paroles là ; pas avec ceux qui les lisent avec des lunettes "rationnelles" qu'ils méprisent cependant en même temps (d'où leur double langage souvent comme les actuels dirigeants arabes) : ils ne connaissent rien à l'histoire de l'islam qui a toujours connu le conflit entre les purs qui se réfugient dans le désert pendant un temps et les impurs qui paradent encore dans les cités avant de se faire renverser par plus fort qu'eux : et c'est ce plus fort qui deviendra le Commandeur...

 

Les nouveaux médaillés ont beau déblatérer sur l'islam de leur papa et maman qui "était tolérant, pas comme ça et patati et patata" blablabla (comme le chante Iggy) puisque leur papa et leur maman ont vécu cet islam au temps où la France était présente dans toute sa force, et donc avait pu maintenir à distance sa virulence avec le BCG adéquat. Dès que le vaccin a disparu, dès que le jardin à la française s'effondre, la nature guerrière de l'islam (tant admiré par les nazis) reprend ses droits.

 

La dévalorisation de la médaille en général (sans parler de Vichy en France bien sûr) a débuté sans doute sous le régime soviétique puis sous les régimes fascistes, nazis, enfin sous les tyrannies soviétiques étendues en Asie, puis les tyrannies africaines et arabes où l'on a vu les nouveaux dieux crouler sous les rangées de médailles comme des chimpanzés posés sur des poneys de cirque et lancés sur la piste des vivas dont les boîtiers sont sans doute fabriqués désormais en Chine qui s'y connaît en chinoiseries et autres sourires automatiques.

La dévalorisation de la médaille va de pair avec la dévalorisation du personnel politico-médiatique qui va en s'amplifiant, même pas eu la force d'écouter les "voeux", à peine quelques éditos qui s'égosillent sur "le terrorisme", on croirait entendre la radio d'une dictature dans un vieux film ou d'un livre de contre-espionnage, pendant que le "speaker" annonce de temps à autre que Godot va bientôt venir.  

Je crois qu'il ne viendra pas, mais, chut, ne le dites-pas trop fort... cela pourrait vous jouer des tours...

 

Lire également : http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=21795

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 19:58

img041107-1214.jpg

BHL, loin de protéger les musulmans de France du péril intégriste, les y pousse, comment ? En les sommant de se reconnaître dans les occupants de la rue Myrha : CQFD.

 

 

J'ai toujours retenu ma plume s'agissant de ce grand sieur bravache sorti tout droit d'un vieux livre sentant vaillamment son 18ème siècle pour classes enfantines parce que l'avoir vu ferrailler autrefois avec des communistes défendant bec et ongles "La barbarie à visage humain" que représentait le bloc soviétique faisait tout de même un peu plaisir à voir, même si, à côté de Jean-François Revel, il n'y a, jamais, eu photo.

Et puis beaucoup de ses détracteurs lui enviaient sa réussite, sa femme, avec ce relent antisémite classique en France, malgré les milliards que déversent sans compter les Rotchild et autres magnats pour tenir sous poumon artificiel des officines à bout de souffle (Godard compris). Et il a défendu Massoud, les droits de l'Homme, et, tout récemment, il s'inquiétait de la montée en puissance de la campagne de diabolisation d'Israël.

Néanmoins, de plus en plus, des contradictions colossales s'amoncelaient : comment soutenir les droits de l'Homme en défendant la pensée des Foucault, Derrida, Deleuze, qui avait précisément pour objet de les détruire ? Certes, ils signaient tous des pétitions qu'il leur tendait, mais pourquoi faire puisque le socle sur lequel repose les Droits à savoir une certaine idée de l'Homme en tant que Genre qui articule Liberté et Devoir-être (natural right et natural law) était systématiquement détruit et ce non pas pour l'affiner, le rendre vraiment universel, i.e au delà des singularités et particularités, mais pour l'empêcher d'être puisqu'il avait été énoncé que cet universel là avait suscité l'horreur économique et totalitaire, rien que cela !

D'ailleurs les adorateurs transis de l'expropriation des "souchiens" l'aiment bien tant il personnifie le Je qui devait être seulement un Autre selon eux dans un monde sans frontières (no borders) sans moi, soi,

 

“Je suis un cosmopolite résolu. J’aime le métissage et je déteste le nationalisme. Je ne vibre pas à “la Marseillaise”. J’espère que le cadre national sera un jour dépassé” (Bernard-Henri Lévy dans une interview au Nouvel Observateur du 4 octobre 2007)

“Bien sûr, nous sommes résolument cosmopolites. Bien sûr, tout ce qui est terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier, nous est étranger, voire odieux.” (Pierre Bergé, Georges-Marc Benamou et Bernard-Henri Lévy, dans l’édito du premier numéro de Globe (1985)".

 

uniquement machines désirantes donc (pas étonnant qu'il tape sur le Bloc Identitaire à lire les phrases ci-dessus), jetset et hélicos à la Hulot, assez semblables sinon à la caricature faite du Kapital qu'ils dominent puisque la génération qu'ils incarnent donnent aujourd'hui le là y compris à Pékin, Derrida (adoubé par Habermas avec une médaille Adorno) avait été même là-bas faire quelques conférences sur...Marx (revu par Blanchot, ce qui est gratiné... pour en savoir plus : ici).

Mais BHL, conscient que cela ne suffisait pas comme références, dérida le fond de l'air -est Fred :-) - en ressortant Sartre de la naphtaline nauséeuse de l'errance sans fin avant d'aller entre deux dénoncer les Serbes (qui se sont excusés des 8000 assassinats, on attend la réciproque des Turcs envers les Arméniens exterminés à 1.5 million) alors que l'on sait maintenant qu'en Bosnie et surtout au Kosovo les choses n'ont pas été aussi simples qu'il a été raconté (ne serait-ce que le Kosovo est albanais d'origine et de religion catholique). Passons.

A partir du 11 septembre 2001, et deux intifada plus tard, BHL se fend d'une stratégie qu'il veut de plus en plus idoine : il y a les bons musulmans et les bons juifs, entendez, ceux qui veulent comme lui les droits désormais humains (car entre-temps, l'influence sémantique de Ségolène Royal se fit sentir) et ceux qui veulent rendre les "territoires contre la paix" ; les autres sont les méchants, extrémistes bien sûr, ignorants des saveurs incommensurables du Coran "cet horizon indépassable de notre temps" (disait déjà Sartre à propos du...marxisme) et si ignorants des si belles traditions juives turco-andalouses tolérantes savantes etc tant et si bien d'ailleurs que les rabbins formés à cette douce école avaient gobé comme il le fallait l'ordre donné par la Préfecture de Paris en 1942 d'aller, toutes affaires cessantes, se concentrer au Vel d'Hiv car il ne faut surtout pas faire de vagues (ce que Arendt leur reprocha d'ailleurs en défendant ensuite l'idée d'une armée juive que les Britanniques refusèrent).

La question, brutale, s'il en est, je m'en excuse par avance se pose cependant (et je voulais en venir là) car à lire sa dernière diatribe à l'encontre des Assises contre l'islamisation l'on peut se demander s'il n'y a pas un aveuglement similaire, non pas identique, ou le même, ce n'est pas pareil, mais quand même semblable : il trompe sur l'ennemi, en particulier en Israël, et ce au moment même où Abbas endorse la revendication du Hamas sur le nombre de réfugiés à intégrer au sein même d'Israël (7.5 millions soit précisément la population vivant en Israël, arabes compris) endormant (enfumant, il adore ce terme) celles et ceux qui s'inquiètent de voir précisément les droits humains bafouer par tout le monde arabo-musulman, sauf bien sûr les intellectuels musulmans du Flore créant un islam imaginaire dont l'esquisse a pu cependant exister précisément lorsque le pouvoir central était faible comme au temps des Omeyyades.Or, cet islam là au temps des pouvoirs forts qui bourrent les urnes en Egypte, tandis que la population meurt de faim et s'entasse à 15 dans un 8 m2 en Algérie, n'existe pas, malgré les grandes effluves orientalistes s'efforçant de fonder l'Europe sur lui, comme d'ailleurs n'ont de cesse d'expliquer les khomeynistes qui n'ont eu de cesse de vanter la supériorité de leurs institutions.

En plus, ce pourfendeur de moulins à paroles désormais numériques fait un amalgame affligeant dans sa dernière attaque : pourquoi en effet mettre tous les musulmans dans le même sac alors que la majorité d'entre-eux récuse cette idée de vouloir à tout prix prier dans la rue de façon évidemment ostentatoire et donc éminemment politique ? Ne comprend-il pas que tout groupe, en particulier celui qui sévit rue Myrha (même Alain-Gérard Slama s'en est rendu compte) commence avec une poignée puis impose aux congénères sa version de toute façon authentique puisqu'elle existe en bonne et due forme dans la plupart des Etats musulmans au-delà des apparences cosmétiques et des concurrences entre sectes. Pourquoi parle-t-il des musulmans qui ont fait la seconde guerre mondiale ? Quel rapport ? Ces musulmans voulaient vivre en paix en 1958 en Algérie puisque le FLN avait été vaincu. Et peu à peu une sorte d'Afrique du Sud d'aujourd'hui serait apparu à l'avance. Mais l'arabisme, l'anti-sémitisme étaient déjà là et ont refusé le "cosmopolitisme" que BHL défend ! ainsi que tous les idiots utiles dont il est l'un des derniers fleurons, avec le directeur du Nouvel Observateur, bien sûr.

N'est-il pas étonnant et en même temps pas tant que ça que nombre de juifs hurlent avec les loups verts de peur de se faire amalgamer alors que leurs soutiens actuels le font comme la corde soutient le pendu, en attendant que nos brillants stratèges donnent le droit de vote aux élections locales comme le caresse Sarkozy depuis des lustres... ; une anecdote : le blog de Gollnish indique que le site de l'UPJF a repris un de mes articles sur la fameuse occupation, eh bien ledit article que j'ai vu de mes yeux vu sur le site de l'UPJF a été éjecté derechef ; ne parlons pas du Crif, tous ces juifs avec la corde au cou, tout comme BHL, ne voient pas qu'ils sont les idiots utiles de l'alterislamisme et qu'ils seront lâchés au fur et à mesure que les portugais et espagnols ayant conquis l'Amérique du Sud reconnaissent en les arabo-musulmans palestiniens des conquérants égaux qui veulent eux aussi jeter les natifs dans leur identité d'antan : un bon juif est un juif soumis et bientôt l'UE emboîtera le pas des "104" pays qui veulent en réalité faire imploser Israël. Certes, Obama est neutralisé. Il a d'ailleurs disparu des écrans, hormis sa cacahouète pacifiste sur la réduction nucléaire alors que la Corée du Nord attend d'envoyer la sienne de bombe (les USA ne bougeront pas, surtout si l'Iran attaque en simultané via le Hezb).  

L'affrontement est devant, et BHL ne voit rien venir.

Pourtant, ne pas comprendre que la question n'est alors pas du tout (en tout cas pas pour moi) de refuser la présence d'origine musulmane en France, surtout lorsqu'elle fusionne, mais que cette culture soit stoppée dans son évolution par ceux comme BHL qui disent qu'il n'y a rien à toucher et que, pis, que ce rien devienne le nec le plus ultra sans aucune distance critique qui fut pourtant le propre du siècle tant admiré par BHL alors que les nuages s'amoncellent et que L'OCI finance à tour de bras les centres les plus "réactionnaires" comme le démontre Bat Ye'or, et ils ont l'argent, beaucoup, ils tiennent nombre d'obligations donc pas mal de dette publique (à quand une vraie investigation pour savoir qui détient par exemple la dette française...) surtout depuis que la hausse du cours du baril a été programmée par... les occidentaux eux-mêmes  afin de forcer la main des peuples pour qu'ils virent dans la nouvelle économie verte qui va ainsi le devenir dans tous les sens du terme vert ou le machiavélisme alterislamiste en marche et ce à l'encontre de la tendance d'intégration honnie par BHL et consorts puisque trop "  terroir, béret, bourrées, binious, bref, “franchouillard” ou cocardier". Ou l'on confond patriotisme et nationalisme. Bonnes traditions et celles qui en effet datent en attendant les nouvelles qui s'affirment. 

BHL, loin de protéger les musulmans du péril intégriste, les y pousse, comment? En les sommant de se reconnaître dans les occupants de la rue Myrha : CQFD.

Libé (financé par Rotchild) lui emboîte le pas sans parler de tous ces juifs ex-coco qui virent vert-islamo tout en tapant sur Israël, voilà où "nous" en sommes: qui "nous" ?

That is the question (d'autant que la cocarde c'est ringard dixit BHL plus haut). La page se tourne. Heureusement.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 09:41

rhino.jpgEt même " d'extrême extrême droite" selon le titre lumineux de " Métro" ? Il semble que oui au vu du déferlement de désapprobations publiées hier qu'il s'agisse de l'AFP en passant par le JDD, l'Express, etc etc (Le Parisien...et sous un ton moindre le Nouvel Obs). Dans ces conditions toute critique envers le christianisme et le judaïsme devra être considérée telle, il faudra rectifier des milliers de documents livres films jusqu'à Marx le premier en considérant que sa formule " la religion est l'opium du peuple" est une pensée d'extrême (extrême) droite. Quelle découverte ! La gentry médiatique française a ainsi franchi un pas de plus dans le mépris teinté de pitié car si l'islam avait été une religion du "Nord" ne doutons pas que sa critique aurait été considérée comme "progressiste". Mais là non. Par un retournement incroyable une religion qui prône l'asservissement de la femme la peine de mort pour les apostats et les homosexuels, l'amputation de pieds et de mains pour les voleurs et assassins ne doit pas être critiquée, parce qu'il est minimisé, selon une lecture toute occidentale pourtant, la réalité de ces recommandations alors qu'elles s'appliquent tous les jours en Arabie Saoudite (au Soudan...en Iran...)une Arabie qui finance les écoles attachées à des mosquées comme l'a dénoncé la BBC il y a quelques temps, un reportage évidemment inimaginable dans nos journaux franchouillards, qui sont désormais lus uniquement dans certains quartiers bobos et tenus à bouts de bras en nouvelles danseuses par les milliardaires du genre Bettancourt : ou comment se donner l'impression d'être dans le vent en maintenant sous perfusion des médias has been.

Pour revenir à l'analyse sérieuse, l'extrême droite, la vraie, a toujours été du côté de l'islam, Hitler y voyant même un modèle politique parfait fabriquant des guerriers envoûtés capables d'aller au combat sans broncher, au contraire du modèle libéral fomenté par l'hédonisme et ses versants juifs qui ont donné le pacifisme et l'acceptation du joug comme les juifs ont connu avant la création d'Israël ; et d'ailleurs certains sadiques (et masochistes) leur proposent de revenir à cette époque de dhimmitude. C'est que le véritable ennemi pour l'extrême droite c'est le juif pas le musulman. Aussi celles et ceux qui propagent cette douce ignorance sur la critique de l'islam comme étant d'extrême droite se trompent évidemment de cibles (ils se trompent exprès passant d'un antisémitisme coco démodé à un antisionisme salvateur comme l'a si bien analysé Pierre-André Taguieff). Ils font penser à ces staliniens allemands qui allaient attaquer dans les années 30 des meetings sociaux-démocrates en les traitant de social-fascistes sous l'oeil ravi des nazis qui n'en demandaient pas tant.

Le fait que les mosquées soient à moitié vides lorsqu'elles sont considérées comme trop modérées (le cas de la Grande Mosquée de Paris) devraient pourtant inquiéter nos pourfendeurs de dragons imaginaires. Quant aux mosquées "halal" celles-ci peuvent servir de centre de propagation de l'inégalité et de la haine, surtout lorsqu'elles sont financées par l'Arabie Saoudite, les cas deviennent innombrables en Allemagne, Suède, Hollande, Royaume Uni...

Mais comme en France le misérabilisme et la victimisation méprisante ont fait de l'islam la religion des pauvres, écrire en ce sens ne sert plus à rien, autant p... dans un violon, on verra bien le résultat bientôt dans les urnes.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 20:40

Copie-de-venise-20030026.jpgLe dernier message de BL dément évidemment les propos si hautains du Quai lorsqu'il s'était moqué sèchement du communiqué précédent de l'AKMI, mais il y a bien plus encore: il dément également celles et ceux qui persistent à dénier à BL son caractère musulman.

Alors que BL le réalise au sens où il est dans la continuité de toute l'histoire musulmane (Sunna): lorsqu'un musulman se lève et défie tous les autres de prouver leur pureté islamique en imitant le Prophète (Sira).

En fait, dénier son caractère musulman ne fait que renforcer l'emprise de BL sur l'islam et donc affaiblit les musulmans censés le rénover. Car en opposant islam et islamisme, islam et BL, les penseurs occidentaux, ou pensant en son giron protecteur tel l'actuel représentant de l'UOIF, ne permettent pas qu'il puisse être admis que BL représente en réalité le "vieil" islam (authentique) et qu'il en existe un autre, mûri au contact de la démocratie née en Occident et désireux d'accomplir son Vatican II, sa Réforme, etc, toutes proportions gardées etc…

Il est en tout cas intéressant d'observer comment un certain nombre d'"experts" se sont trompés en croyant au recul de "l'islam radical" alors que celui-ci progresse non pas dans la seule violence mais surtout désormais dans la demande pressante d'appliquer sa Constitution, sa loi fondamentale, à commencer par le port du voile : BL ne s'y trompe pas en dénonçant cette "injustice" que serait la loi anti-burqa et ce au nom de la "Nation islamique"…

Nous sommes en train de payer cette erreur stratégique. Et ce n'est que le début.

PS : j'en parlerai à Lyon le 11 novembre… Pour celles et ceux que cela intéressent veuillez envoyer un mel à resiliencetv@free.fr 

up to date : L'attaque contre des chrétiens en Irak et la menace sur les Coptes en Egypte est un épisode classique de la guerre que l'islam de Ben Laden revivifie à sa façon. Le nier, demander que Ben Laden "arrête de se réclamer de l'islam" comme l'a réclamé récemment l'actuel représentant de l'UOIF dénote sinon d'une naïveté confondante du moins d'une méconnaissance inouïe de l'histoire islamique. Ne parlons pas de certaines réactions, par exemple celle de notre ministre des affaires étrangères, qui "condamne" de telles actions...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 22:21

imode.jpgCertains journalistes (même sur France Info !) parle d'Israël comme l'Etat hébreu, qu'est-ce que cela signifie aujourd'hui sinon un peu juif tout de même ? Or, quel est l'argument majeur s'opposant à cette qualification (relayé aussi sur la BBC) ? Qu'il existerait une minorité arabe en Israël et  (donc) ce seraitdiscriminant pour elle. Admettons. Si l'on suit ce raisonnement dans ce cas l'Algérie, le Maroc, l'Egypte, ont de fortes minorités non arabes (respectivement Berbères, Coptes) pourquoi persistent-ils à s'appeler "pays arabes" membres de la ligue arabe qui plus est (de même que l'OLP).

Parlons d'elle : les palestiniens veulent construire un Etat palestinien, arabe, ils le disent sur tous les tons, et les israéliens n'auraient pas le droit d'affirmer le caractère juif de leur nation ? Au nom de quoi le leur refuser, surtout si le terme juif n'est pas pris dans son sens religieux ni même ethnique mais culturel au sens civilisationnel ? Pourquoi ce déni des cultures ?...

Vivre en Israël, comme juif, comme Juif (religieux), et aussi comme non juif, est possible, mais il faut admettre qu'un non juif ne peut pas récuser aux israéliens non arabes d'être juif et Juif et vouloir le rester. La mode, certes, est dans le refus de toute identité, surtout gênante c'est-à-dire mal vu, cela fait "essentialiste" (ainsi même se dire gay fait essentialiste pour la philosophie queer), sauf si l'on est arabe, musulman, voire membre d'une ethnie perdue au fond du Mexique où une ex-attachée de presse s'extasiait de sa rencontre avec elle sur France Info en expliquant que ces gens étaient authentiques, ils se baignaient nus dans une rivière et ils en buvaient même l'eau, ils s'étaient aussi guère "mélangés" avec les autres populations avoisinantes, elle a employé le terme "mélangé", sauf que cette ethnie ne sera pas considérée comme raciste, essentialiste, non, elle préserve son identité tamponnée "gentil sauvage" il manque plus qu'un portrait fait par Nicolas Hulot ou Yann Arthus-Bertrand et la boucle serait bouclée à Absurdie.

Le réveil va être drôlement brutal. Lorsque cette idéologie du déni va voir ses effets narcotiques dissipés par les vagues glacées du réel, la mort, "probable" comme le disent nos "experts" anti-terroristes.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 22:22

one.jpgSaviez-vous tout d'abord que le retour de la politesse et des bonnes manières énervent nos journalistes-bobo (France Info par exemple), ils ont même emprunté un terme " métro-puritain", mais il y a un hic, diraient-ils la même chose pour une porteuse de burka ? Pas sûr, elle a le droit, elle, à sa culture dans laquelle politesse et bonnes manières font bon ménage, qu'il ne faut pas trop toucher critiquer ni même titiller sinon bobo ; mais les bobos sont incrédules là-dessus ("elles sont si maternelles" m'avait dit un bobo quand je distribuais des tracts sur un marché lyonnais pour l'apéro du 4 septembre ; en réalité les bobos ne bougent que si l'on touche à l'homophilie ambiante, la culture dominante sponsorisée par les municipalités avec l'argent du contribuable le groupe Sexion d'Assaut vient d'en faire les frais), il ne se passe rien en Afghanistan et à la frontière paskistanaise, non, il n'y a pas d'attentats qui se préparent là-bas pour frapper le sol europée,non, paranoïa politique, (qu'aurait-on dit si cela se passait sous administration Bush...) aussi, clame le...Bloc identitaire, rapatrions nos soldats, mais oui vous avez bien lu, il paraît que c'est une guerre "américaine" eh oui ! le Bloc a le même discours gaucho-bobo dès qu'il quitte les jupes du terroir, ah que c'est bon la France et ses clochers ! sauf qu'ils peuvent être visés et détruits de là-bas...

 

Pourtant...pas besoin d'être anti-américain pour être patriote, ce que n'aiment pas les autres blocs (blacks) qui traitent de fascisme le patriotisme (lu sur un mur des Pentes à Lyon), d'où d'ailleurs cette idée fabuleuse des tea parties américaines : le patriotisme est-il d'extrême ou d'ultra droite ? Take my country back (give my money back ! vous vous souvenez ?) est-ce que vouloir appliquer la Constitution est d'extrême droite ? L'article 16 par exemple en France. Et pourquoi pas ? Regardez bien d'ailleurs ce qui se passe en France à cet instant T : la paralysie s'étend, on tremble certes toujours dans "les quartiers", mais il n'y a pas de Roms donc laissons faire, le port de Marseille qui s'enfonce alors que Gênes (comme au Moyen âge) resplendit ? Laissons faire, la loi sur les retraites est en passe d'être votée (ce qui n'est cependant pas ma tasse de thé pourrais-je dire), et pourtant la gauche syndicale et politique joue la rue, ce qui est anti-constitutionnel.

 

Mais laissons faire, car les "conseillers" du Président (qui "humilient" le futur ex Ministre des Affaires Etrangères) pensent que la jacquerie va s'effondrer, donc pas la peine d'expliquer que le discours social-étatiste sur le financement des retraites mélange tout, non pas la peine de le dire, ou encore d'expliquer que la capitalisation n'est pas nécessairement une impasse (c'est même le contraire calculé sur 25 à 40 ans)  or, c'est bien là le danger que de laisser faire un tel discours en cherchant encore et toujours la passe de trop au lieu de marquer (placer Borloo Premier Ministre ?), alors que la fissure sociale s'articule désormais à la fissure économique et à la fissure culturelle, soit une superposition typique des tremblements de terre politiques, voire civilisationnels.

 

Cela a donc mis 50 ans, une tendance longue. Who's next ? Voilà ce qui est intéressant, et d'ailleurs observez bien ce début de semaine, l'UMP sent le vent mauvais arriver et Xavier Bertrand en parfait commercial tente de braquer en sa direction pour gonfler les voiles (il se préoccupe d'un déni de justice par exemple, ce retraité toujours incarcéré parce qu'il s'est défendu), mais c'est trop tard, il fallait le faire dans la foulée de 2007, aussi nous voilà dans l'oeil du cyclone, ici, en France, dans cette URSS qui aurait "réussi" paraît-il alors que l'on sait qu'elle irait bien mieux encore sans ces piques étatistes dans sa chair (il vaut mieux hurler contre la corrida bien sûr), il vaut mieux continuer à corseter l'énergie "française" qui n'existe pas de toute façon ; il s'agit d'un "Hexagone" sans porte ni fenêtres point final qu'il vaut mieux  taxer, surtaxer, afin que l'argent drainé puisse continuer à payer grassement des politiques oeuvrant au nom du peuple qui aimerait pourtant qu'on le laisse tranquille ; cercle vicieux qu'il n'est pas nécessairement populiste de signaler puisque c'est la vérité aussi têtue que 2 et 2 font 4 (mais la vérité n'est toujours pas bonne à dire).

 

Rendez-vous donc la semaine prochaine ou à la fin du mois, pour étudier la taille des fissures, afin de calculer l'épicentre et ainsi avoir une indication sur la prochaine coulée de lave. Peut-être qu'il ne va rien se passer. Les "conseillers" auront eu alors raison. Mais j'en doute. Dans le cas contraire je ferais de très plates excuses.

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 07:46

img041107-1214.jpgLe débat organisé chez Taddeï mercredi 29 septembre autour du livre de Lagrange sur " le déni des cultures " est symptomatique tout d'abord de l'alliance de fait entre l'extrême gauche post et néoléniniste et l'extrême droite djihadiste, ce qui ne s'est pas vu directement dans l'émission, mais il est possible de le pressentir si l'on se donne le temps de la démonstration : ainsi, l'on a entendu non seulement un dénommé Eric Fassin nier la notion de facteur culturel pourtant si évidente dans l'analyse de certains comportements (même si ce facteur n'est évidemment pas le seul et qu'il faille le peser cas par cas) mais encore plus on aura entendu dans la même émission son acolyte, un certain Jean-Loup Amselle, aller jusqu'à nier l'existence d'une culture française ! (Lagrange souligne dans son livre que Amselle récuse l'idée même de modernité, p.11).

Tous les autres peuples et groupes ont donc le droit à une culture et une permanence de l'être sauf les peuples européens et occidentaux condamnés à nier leur identité puisque seul le mouvement primerait en elle afin de prouver la liberté absolue de l'humain émancipé de la nature et des dieux.

Sauf que Hegel nous avait appris que la liberté absolue (prônée par le romantisme remis ainsi au goût du jour) c'est aussi la nuit dans laquelle toutes les vaches sont noires, autrement dit le mouvement posé comme seul but c'est l'ivresse aristocratique infantilisée ou l'idéalisme de la belle âme qui reste dans le mauvais infini celui de l'indétermination, de la non identité, mou masochiste en attente d'être pris (servitude volontaire que l'on observe de plus en plus, telle cette journaliste hollandaise disant que ses violeurs talibans l'ont respecté, ou ce lycéen bobo excusant ses agresseurs) alors que l'identité de la France par exemple est non seulement à la fois une et multiple mais aussi permanente et mobile ; il n'y a pas, en un mot, à opposer une essence qui se saisit comme substance, c'est-à-dire sujet de son propre devenir, et son existence ici et maintenant qui en affirme la matérialité mouvante ; car l'essence n'existe qu'en tant qu'elle est posée et non pas fixée une fois pour toutes : elle se sait à la fois changeante selon les circonstances et en même temps elle ne fait pas qu'exister (la pierre existe aussi disait Kant) elle veut être, elle se veut la même qui tout en étant aussi autre accumule l'expérience du sensible afin d'enrichir sans cesse la notion qu'elle a d'elle-même en permanence. Ainsi les peuples qui savent maîtriser cette dialectique perdurent, tandis que les autres disparaissent ou sont absorbés.

Or, nos idéologues, bien loin de ces subtilités du vouloir (tempérées par l'affinement de soi et non la seule conservation), cherchent plutôt à les dé(cons)truire à l'image des Talibans qui ont détruit les Bouddha.

Ils étaient ainsi dans tel déni de réalité chez Taddeï (et non plus seulement de culture) que l'on pouvait deviner qu'ils appréhendaient la culture des autres avec leur seul prisme d'occidentaux bornés qui se vivent à la façon primaire dans le post et le trans (y compris genre) sans se demander si les autres se vivent ainsi, ce qui n'est évidemment pas le cas, bien au contraire pour certains (ainsi l'Akmi souligne son "essence" islamique). Mais ces idéologues de la trempe des Fassin et Amselle veulent tellement se servir des revendications identitaires ambiantes pour démontrer qu'un néoracisme se met en place (et dont la loi sur la burka serait, selon eux, le stigmate) qu'ils rêvent de faire le coup du front antifasciste des années 30 face au capitalisme mondial raciste et sioniste.

Nous y sommes.

On sentait une telle haine contre Lagrange (à quand une pétition pour l'évincer de son poste ?), une telle haine viscérale (ainsi serait-il repris par les fameux "sites d'extrême droite") mêlée à de l'envie (son livre se vend) qu'il donnait vraiment l'impression d'être le bâton dans les roues, il gênait alors que tout coulait, roulait comme convenu (Sarko=facho) surtout depuis le coup d'épée dans l'eau des Roms fomentés par des Machiavel d'opérette, tout marchait à merveille y compris l'alliance de plus en plus légitimée avec l'islam dont le djihadisme s'avère être pour nos idéologues l'expression d'un simple ras le bol contre "l'Empire" puisque évidemment ils ne vont pas prendre au sérieux ses revendications en propre, ils ne vont pas le respecter mais le formater dans ce cadre victimaire que le djihadisme rejette. Ils sont d'ailleurs fascinés par sa résilience comme on l'a vu avec les propos dithyrambiques d'un Baudrillard et d'un Stockhausen sur le 11 septembre.
On devine aussi déjà la réaction de nos idéologues lorsque l'Akmi fera ses exigences, insensées, les analysant comme les conséquences du racisme, de la présence française en Afghanistan, voire du conflit judéo-arabe, ils seront aidés par Villepin et Védrine sans doute, mais aussi par tout le social-étatisme de plus en plus affaibli par la crise mutationnelle mondiale, et qui ne trouve son salut que dans les soutiens financiers du pétro-dollar et des morts-vivants travaillant en Chine pour quelques poignées de riz OGM. 

Et si l'on pouvait en douter, le refus de prêter une salle à l'Assemblée nationale pour un débat sur l'immigration, et sur l'islamisme, est venu là comme une preuve éclatante de l'attaque en quinconce effectuée d'un côté par le social-étatisme en faillite et de l'autre côté par l'alter-mondialisme se servant de l'islamisme djihadiste comme fer de lance. 

Tout cela se sentait dans l'émission : la haine, le désir d'être calife à la place du calife, la haine de soi, la volonté opiniâtre de faire l'Histoire à défaut de l'expliquer, tout concorde pour que les prochains islamokazes soient des natifs endoctrinés tel cet Allemand converti qui a dévoilé récemment qu'une attaque simultanée dans diverses villes européennes étaient dans les tuyaux. Et comme le social-étatisme est comateux, il faut s'attendre à une réaction non seulement molle, mais compréhensive après les entourloupes  d'usage, les idéologues experts et autres politiques, préparent en effet le terrain avec les mots "raciste" et "islamophobie" (un Eric Raoult par exemple, type même du social-étatiste).

Aussi serait-il temps de faire de la place comme dans les tranchées où les corps morts devant donnent l'impression de protéger des balles adverses, sauf qu'ils empêchent aussi d'aller de l'avant, d'attaquer avant d'être attaqué : la probabilité n'ayant été jamais aussi haute. Et pour attaquer il faut arrêter de parler de terrorisme mais d'islam authentiquement appliqué par l'Akmi contrairement à ceux qui en France vivent dans un islam imaginaire.

Ce qui permettrait aux musulmans cherchant à moderniser leur islam dans un sens humaniste d'avoir l'armature pour le faire alors qu'aujourd'hui en leur disant que l'islam d'Al keida n'existe pas l'on ne fait que propager l'illusion que dans l'islam il n'existe pas des versets et des recommandations pour inférioriser tout non musulman ; or, ils existent, et à profusion, et si certains les croient littéralement c'est bien parce que ne pas le faire serait en réalité avoir déjà un pied dans la modernité de l'universel, ce qu'ils refusent, (d'autant que certains leur disent en Occident que cela n'existe pas) ; voilà le point de départ pour une campagne à mettre sur pied, tout en demandant aux morts qui nous "gouvernent" de cesser de hanter les vivants dans les divers médias qui répandent de la ouate pour diluer à terme le son des bombes éclatant n'importe où, 

Ami entends-tu Le vol noir des corbeaux Sur nos plaines. Ami entends-tu Les cris sourds du pays Qu’on enchaîne, Ohé partisans Ouvriers et paysans C’est l’alarme ! Ce soir l’ennemi Connaîtra le prix du sang Et des larmes…

Montez de la mine, Descendez des collines, Camarades. Sortez de la paille Les fusils, la mitraille, Les grenades. Ohé ! les tueurs A la balle et au couteau Tuez vite ! Ohé ! saboteurs Attention à ton fardeau… Dynamite…

C’est nous qui brisons Les barreaux des prisons Pour nos frères. La haine à nos trousses Et la faim qui nous pousse, La misère. Il y a des pays Où les gens au creux des lits Font des rêves. Ici, nous vois-tu Nous on marche et nous on tue Nous on crève…

Ici, chacun sait Ce qu’il veut, ce qu’il fait Quand il passe Ami, si tu tombes, Un ami sort de l’ombre A ta place. Demain du sang noir Séchera au grand soleil Sur les routes. Chantez compagnons, Dans la nuit, la liberté Nous écoute…

Ami, entends-tu Les cris sourds du pays qu’on Enchaîne !… Ami, entends-tu Le vol noir des corbeaux sur nos Plaines !…

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 07:57

Copie-de-venise-20030026.jpg

La perception du réel est toujours pervertie par de mauvais outils, de mauvaises lunettes qui rendent flou opaque biaisé ce qui pourrait être clair ; prenez par exemple trois sujets qui reviennent tous à une seule caractéristique: tout ce qui va mal serait la faute du néolibéralisme et de l'extrême droite (même le climat bien sûr). Qu'il s'agisse en effet du conflit israélo-arabe, de la montée du mouvement tea party, de la montée de partis dits anti-immigration, tout se résumerait au racisme et aux méfaits de la finance néolibérale.

Ainsi concernant le conflit israélo-palestinien, seule la continuation ou non de la construction israélienne dans les territoires gagnés durant la guerre de 1967 (terres ancestrales juives pourtant, bien avant les invasions romaine et arabe) semble être la clé de tout le processus actuel, sans qu'il soit souligné par nos éminents experts qu'il s'agit en réalité d'un prétexte de la partie palestinienne pour ne pas négocier. Car si les gros blocs d'implantation actuels doivent être échangés avec les blocs habités par les arabes israéliens, on ne voit alors pas pourquoi la construction ne continuerait pas en leur sein.

Mais admettons que cela ne soit pas la "the" solution, la paix des braves, admettons par exemple que cette dite paix passe plutôt par l'intégration de ces gros blocs au sein du futur Etat palestinien, faudrait-il les démanteler ? Certains implantés avaient déjà dit que non seulement ils aimeraient rester, mais qu'ils iraient jusqu'à prendre la nationalité palestinienne, or, qu'entend-on de l'autre côté ? Un scénario à l'algérienne doublé d'un scénario à la gazaoui : on chasse le juif et on détruit ensuite pour purifier sans doute, voilà la réalité pure et dure.  Et aucun soit disant expert, aucun journaliste  (hormis Bourdin sur RMC il faut le reconnaître) ne pose cette question : faut-il démanteler ?

Personne ne répond, et c'est cette non réponse qui signifie bien que toute cette négociation est une farce puisque même si ces implantations seraient démantelées, le juif chassé, eh bien, malgré cela, les dirigeants palestiniens actuels demanderont Jérusalem, et, surtout, le droit au retour, au sein même d'Israël, de millions de réfugiés supposés, voilà aussi la réalité pure et dure; d'où le fait qu'Abbas refuse de reconnaître le caractère juif d'Israël alors qu'Israël reconnaît le caractère arabe du futur Etat palestinien, voilà aussi la réalité non pervertie par de mauvaises lunettes, car tout avait été déjà dit et fait par Bill Clinton à Camp David lorsque 98% des territoires reconquis en 1967 avaient été concédés par Barack avec le succès que l'on sait.

Mais tenir un tel discours sera considéré d'extrême droite.

Autant dans ce cas qualifier Galilée d'être d'extrême droite puisqu'il avait affirmé que la Terre tourne autour du soleil, ce qui allait évidemment à l'encontre de la perception dominante.

Nous en sommes, exactement, au même point concernant le conflit judéo-arabe, et il est possible de défier quiconque de prouver le contraire, puisque en 1947 les Juifs avaient, eux, accepté la partition, la paix, et ce malgré des frontières indéfendables. Voilà la réalité, n'en déplaise à un Obama, un Villepin, Védrine, etc, etc, etc...

Quant au second exemple, la gentry postmoderne néo-nihiliste et apatride accuse le mouvement tea party d'être d'ultra ou d'extrême droite parce que certains seraient "pro-vie", refusant dans ce cas que l'avortement soit remboursé par la sécurité sociale publique ; or, en quoi cette position serait "ultra" à partir du moment où seraient exclues de ce non remboursement les mineures et les femmes violentées, mais seraient en effet inclues celles qui utilisent l'avortement comme une technique de contraception ?

Pourquoi en effet l'argent mis en commun devrait servir à couvrir des pratiques ultra-individualistes comme le fait de se faire avorter plusieurs fois parce que l'on n'a pas fait attention ? Par ultra-matérialisme ? C'était le cas en URSS. On en voit d'ailleurs le résultat concernant le taux de natalité en Russie, même aujourd'hui. Et observons qu'il ne s'agit pas d'aller occuper des cliniques qui pratiquent l'avortement ou de menacer les médecins qui y travaillent car là, en effet, ces réactions peuvent être considérées comme violentes, anti-démocratiques, anti-libérales, anti-constitutionnelles, or, il n'est pas question de cela dans ce questionnement sur le financement de l'avortement puisque celui-ci n'est pas en soi menacé en tant que liberté. De même sur les cellules souches à partir du moment où celles-ci ne viendraient pas de foetus ou d'embryons mais de dons d'organes post mortem. Les tea parties ne sont pas monolithiques (ils ne le seront pas en France non plus).

Quant à l'immigration, ce qui permet d'introduire le troisième exemple, on ne voit également pas pourquoi le fait de s'inquiéter d'une arrivée donnée d'immigrants refusant de s'intégrer serait une inquiétude suscitée par le racisme et la crise économique fomentée par la finance internationale.

Cela n'a très strictement rien à voir.

Pourtant, il suffit d'entendre dimanche 26 septembre sur France Info le correspondant en France de la radio-télévision suédoise avancer ce genre d'explications pour expliquer l'émergence des "Démocrates de Suède". C'est là l'exemple type, chimiquement pur, de déformation de la réalité qui nous tient aujourd'hui de perception, or, je soutiendrais ici que c'est cette déformation là qui suscite en retour la réelle xénophobie, car il n'est pas possible de nier la réalité ainsi, le corps humain, sa psyche se venge, et donc va projeter ce déni de réalité sur la présence de tout ce qui n'est pas soi.

Aussi, si nous voulons réellement que les inquiétudes quant à la venue d'étrangers ne se transforment pas en réactions passionnelles qui pourraient aller bien plus loin que souhaitées, il est indispensable de changer de lunettes et d'en prendre de plus objectives au sens littéral du terme : plus précises.

Il semble cependant que cela soit loin d'être possible tant la gentry ultra-mondialiste et cynico-nihiliste qui aujourd'hui malmène la perception continue à préserver sa position et son statut en semant ainsi la discorde et le mensonge. Sans avoir peur de la contradiction : car en quoi une population autochtone qui cherche à (se) protéger son mode de vie acquis depuis des millénaires d'évolution serait raciste et d'extrême droite alors que cette même gentry se pâme devant les amazoniens, les amérindiens, les tibétains, qui font la même chose ?

Ou le mystère du politiquement correct qui autrefois se nommait la haine de soi. 

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 06:38

st-trop-paques-20040050.jpgUne raison majeure incite à cette décision : il faut agir ainsi par solidarité avec les chrétiens d'Algérie (avec des humains tout court en vérité) qui sont traînés, aujourd'hui, devant les tribunaux, pour n'avoir pas suivi le jeûne musulman, et ce non pas par une partie civile mais par le Parquet lui-même: la procureure disant aux contrevenants: " de «quitter ce pays, qui est une terre d'Islam»"…  Au-delà du caractère intolérant de ce propos qui aurait été traité de raciste s'il avait été tenu par une procureure française, relevons qu'il s'agit d'une décision d'Etat, qui non seulement viole paraît-il la "constitution" en vigueur, mais plus fondamentalement foule aux pieds la liberté de conscience, donc les droits humains au fondement même de l'adhésion du pays concerné à la Charte des Nations Unies ; ce qui ne peut que semer le trouble y compris en France (l'ambassadeur du Vatican s'est-il informé sur le sujet ? Ce n'est pas sûr...) ; d'où la nécessité que les musulmans de France, en particulier leurs instances, telle que le CFCM (Conseil français du culte musulman), prennent position. Et ce pour leur propre bien.

Car plus les musulmans affirmeront la liberté, plus leur caractère français s'affirmera en même temps que leur vision singulière de l'islam, ce qui ne pourrait que réduire le malaise de leurs concitoyens devant leurs exigences qui veulent se hisser au même niveau de réalisation que les autres religions alors que celles-ci sont là depuis des siècles et qu'elles ont construites toutes seules leurs édifices, Notre Dame a mis cent ans pour s'édifier faute d'argent, et la synagogue gigantesque de Turin n'a pu être finie faute d'argent et donc a dû être vendue, elle est devenue aujourd'hui l'actuel musée du cinéma turinois.

Les responsables français du culte musulman sont-ils prêts au moins à aller en Algérie pour expliquer que la procureure n'a pas la bonne (true) version de l'islam ? On peut largement en douter lorsque l'on apprend que le responsable du CFCM, tout en condamnant les auteurs des récents enlèvements et autres attentats, aurait demandé au Président de la République

 que les auteurs de ces menaces ou de ces attentats ne soient plus présentés comme islamistes, car "les musulmans de France se sentent souvent très froissés" par l'utilisation du terme."Il faut supprimer du langage courant le terme islamiste pour désigner des terroristes. Nous préférons 'terroristes' et 'criminels', nous n'acceptons pas que le terme islam, la religion islam, soient associés à des actes de terrorisme". (In Le Point.fr, 23/09/10).

 

Or, contrairement à ce que prétend ce monsieur il faut bel et bien insister sur le fait que ces "auteurs" sont musulmans puisqu'ils s'en réclament, et même à corps et à cris, il n'y a donc aucune raison d'en douter, pas une seule seconde ; d'ailleurs, l'AKMI parle de Maghreb "islamique" et non pas "islamiste", ce qui exprime bien qu'ils ne font pas la différence, parce qu'ils restent fidèles en réalité à l'enseignement de Mahomet (salaf), et donc non seulement au Coran mais aussi à la Sîra (vie de Mahomet) donc à la Sunna (histoire de l'application des préceptes ou Sharia) ; à moins qu'il soit expliqué que les instances officielles de l'islam de France détiennent une autre version, inédite, de l'islam, ce qui serait un scoop, ce qu'il faudrait plus sérieusement démontrer en se battant précisément pour la liberté de culte dans les pays d'origine, pourquoi pas, ce que ces instances ne font cependant pas.

Dans ces conditions, il est facile, confortablement installé dans un pays libre de parler d'un islam imaginaire alors que dans les régions où il domine la liberté est plutôt synonyme de soumission conformément cependant à la définition même du terme islam, la paix indiquée étant celle qui s'inscrit dans ce cadre là: ainsi lorsque les occidentaux en recherche d'une énième excitation ou exotisme après un bon couscous et autre thé à la menthe prononce en arabe la phrase "que la paix soit avec toi" il s'agit de la paix islamique qui se différencierait seulement en degré de la paix islamiste en ce que cette dernière exigerait de ne saluer que des musulmans alors que la paix islamique se contenterait d'une présence non musulmane à partir du moment où celle-ci serait infériorisée. Car l'islam est supérieur à toute autre forme de discours ou de forme politique d'organisation sociale, cette supériorité n'est d'ailleurs jamais étudié, comme si celle-ci n'était qu'un apanage occidental. Ajoutons que lorsque les musulmans parlent de "religions du Livre", ce dernier désigne le Coran et non pas la Bible comme le croient certains (jusqu'à Raymond Aron, dans ses Mémoires lorsqu'il parle de ses origines et de sa polémique avec de Gaulle à propos d'Israël en 1967...) c'est dire le degré d'ignorance, (in)volontaire concédons-le, propagé jusque dans les instances les plus savantes...

En tout cas, c'est ce débat là qu'il faut avoir ; pendant ce temps, gelons les constructions de mosquées et de centres polyvalents, surtout lorsqu'ils sont faits avec de l'argent public, ne serait-ce qu'indirectement, par exemple en concédant des terrains municipaux ou en subventionnant sous un prétexte "culturel"...

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article