Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 14:28

one.jpgCertes, il y a, aussi, des islamistes, et, oui, certains ont même prié dans les rues du Caire comme on a pu le voir sur Al jazeera (qui  joue depuis la Tunisie le rôle de CNN lors de la première guerre d'Irak), mais une journaliste de France Info a pondéré cela en disant qu'il s'agissait seulement de musulmans à l'heure de la prière : ce n'était pas ostentatoire -pas comme certaines rues à Paris :-)

Il est donc curieux d'observer cette crainte "islamiste", alors que les images, même à Suez, n'indiquent pas cela et qu'il vaudrait mieux soutenir cette jeune révolution en marche ; d'autant que cette "phobie" provient de celles et ceux qui n'ont cesse de promouvoir l'islam comme religion de paix en France (et d'ailleurs les Frères Musulmans incarnent eux aussi l'islam authentique...). Une Fadela Amera par exemple et divers journalistes qui n'ont eu de cesse de dénoncer l'islamophobie et qui ne font qu'agiter leur peur à ce propos en guise d'analyse sur la situation égyptienne ; alors qu'il est tout à fait normal que dans un processus révolutionnaire, ouvert au départ, des forces non démocratiques tentent de s'y insérer sans que pour autant il soit judicieux de les en empêcher; même si l'exemple iranien peut bien sûr faire réfléchir ; sauf qu'en Iran les forces démocratiques étaient dominées par la gauche et l'extrême gauche dogmatique qui ont préféré faire alliance avec les khomeynistes contre les authentiques démocrates qui, mal organisés,n'ont pas pu résister à cette alliance semblable à celle des communistes staliniens et des nazis dans les années 30 lorsqu'ils allaient à la chasse aux socio-démocrates. Rien à voir avec ce qui se passe actuellement.

Ce qui se passe en Egypte est bien ce qui était perceptible depuis des années : j'avais fait un séjour en janvier 2002, soit quelques mois après le 11 septembre, et j'avais senti, dans les rues du Caire et à Luxor, un désir furieux de liberté, un refus opiniâtre de l'alliance en creux entre la dictature et les islamistes (ou l'obligation d'aller voir en douce une danse du ventre dans un sous sol d'un hôtel à Luxor), alors que les mosquées aux haut parleurs criards étaient vides ; c'est ce que j'avais raconté à mon retour à quelques "spécialistes" qui m'avaient regardé avec beaucoup de commisération. J'avais persisté. Malgré les oiseaux de mauvais augure. En pure perte bien sûr. Et lorsqu'il y a juste quelques mois la clique au pouvoir avait bourré les urnes, il était clair que les choses ne pouvaient pas durer ainsi, surtout après les événements en Tunisie. Le Yémen bouge aussi d'ailleurs. Et le 12 février (au lieu du 9) approche en Algérie. L'onde de choc ne fait que commencer.

Espérons qu'elle touche aussi les Ben Ali et Moubarak du champ politico-médiatique français qui continuent de pérorer leurs inepties. Il était d'ailleurs drôle d'écouter un Védrine sur Europe 1 qui en bégayait presque, réussissant tout de même en fin d'entretien à glisser un mot sur Israël comme facteur de crise, mais il semblait se parler qu'à lui-même. Peu après des Egyptiens tombaient avec le mot "liberté" à la bouche.

Le compte à rebours ne fait que commencer.



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article

commentaires