Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 10:08

img041107-1214.jpgAprès la pétition contre Sylvain Gouguenheim qui voulait régler en 2009 la question des racines spirituelles de l'Europe (grecque ou musulmane ?) en sommant le ministère de l'enseignement supérieur et la direction de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon de le congédier purement et simplement, après la pétition contre le débat sur l'identité nationale qui a cherché il y a quelques mois à éviter toute discussion sur le fait  accompli stipulant que l'identité de la France devrait être uniquement perçue désormais comme étant l'antre du multiculturalisme communautariste, arrive enfin cette pétition de 400 "scientifiques" contre Allègre et Courtillot afin de les faire taire à défaut de les virer de l'Académie des Sciences comme des malpropres. N'oublions pas que la personne qui mène la danse, Valérie Masson-Delmottea été celle qui disait en 2007 que la neige n'existerait désormais plus en France, je l'ai déjà signalé: http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-quand-la-neige-ne-tombera-plus-42577571.html

Quel est l'enjeu de ce dernier non débat ? Il me semble que, sans être bien sûr aussi compétent en la matière que ces deux derniers chercheurs ainsi que leurs si aimables opposants pétitionnaires, j'estime cependant l'être autant que messieurs Hulot, Borloo, Duflot, etc, en résumant l'affaire de la façon suivante : le problème se subdivise semble-t-il en deux parts, l'existence d'une hausse plus rapide du CO2 en 150 ans alors qu'auparavant une telle hausse mettait plusieurs centaines de milliers d'années, d'autre part la corrélation qui en a été faite avec le climat. Quelle est l'explication dominante ? Que 150 ans c'est précisément le début de l'ère industrielle donc l'activité humaine serait responsable de la  rapidité de la hausse du CO2, et celle-ci jouerait immanquablement sur une hausse des températures de plusieurs degrés qui à terme mettrait en cause l'équilibre de la biosphère. Voilà l'essentiel de la thèse dominante. Celle-ci aurait eu plus de poids si cette hausse de température avait déjà eu lieu, or elle n'est pour l'instant que de 0,76° et elle ne semble pas s'accélérer depuis trois ans malgré les dires sur la température moyenne qui ne correspond à rien selon Marcel Leroux pourtant climatologue, mais jamais cité. La thèse majoritaire prétend qu'elle a suffisamment démontré que ces 0,76° vont bientôt être dépassés et se diriger vers 4 à 6° en tenant compte de cette montée plus rapide qu'avant du CO2. Sauf que, d'une part, la corrélation entre hausse du CO2 et hausse des températures n'est pas démontrée. D'autre part cette hausse des températures n'est pas pour le moment avérée. Voilà quelles sont les deux principales critiques de (entre autres) Allègre et Courtillot, (entre autres car on oublie généralement celle de Marcel Leroux).

Détaillons (un peu) : Pour les climatosceptiques il n'y aurait jamais eu dans le passé une hausse du CO2 qui aurait précédé une hausse des températures puisque c'était l'inverse qui se déroula : ainsi, il existe, d'abord, une hausse donnée des températures (par exemple au Quaternaire dont l'espèce humaine est issue) puis une hausse du CO2 (qui bénéficie à la végétation) d'une part, sans que pour autant, d'autre part, la corrélation puisse être établie clairement entre les deux. Jean Martin, du site Pensée Unique, l'explique très bien ici : http://www.pensee-unique.fr/soleil.html#vostok1

Dans ces conditions, la corrélation entre la hausse plus rapide que naguère du CO2 et de l'activité industrielle n'est pas évidente selon les climatosceptiques, autrement dit, et toujours selon eux, il faudrait trouver d'autres causes à cette hausse du CO2 comme l'activité solaire, volcanique, magmatique, la tectonique des plaques...

On le voit, la messe n'est pas dite puisque les corrélations ne sont pas démontrées pas plus que la hausse en soi du CO2 qui n'est que constatée, sa cause n'étant que conjecturée tout en étant probabilisée sur cent ans alors que jamais un modèle mathématique peut prédire le N+X=le Réel, puisque le Réel c'est précisément N+l'infini, autrement dit il peut exister un élément non prévu, une rupture atomique donnée et sa réaction en chaîne qui va fractalement orienter l'interaction systémique vers une autre totalité, on le voit bien en histoire humaine (qui a prévu la crise des subprimes et sa réaction en chaîne ? Qui a prévu mai 68 ? La première guerre mondiale ?...), on le voit aussi en histoire naturelle comme dans les tremblements de terre etc...

 

Cette hystérie dans le débat cache en réalité autre chose : comme la hausse des températures n'a pas eu lieu, et que nous connaissons à nouveau des hivers rigoureux, même si au Brésil il a fait plus chaud que l'année dernière, les adeptes transis de cette nouvelle religion qu'est le néopaganisme postmoderne prônant désormais la frugalité et la dissolution des frontières humaines culturelles voire biologiques, voit alors rouge, et même se veut à nouveau rouge en visant à réaliser enfin ce type de néocommunisme messianique.

Le plus opaque dans l'histoire consiste à voir les personnels scientifiques et politiques modérés sombrer dans cette néoradicalité, ce qui démontre bien ici le total désarroi d'une élite en perte totale de sens après avoir perdu celle de sa crédibilité puisque en effet sur un autre plan, celui de l'économie politique, tout et son contraire sont avancés, mais j'en ai déjà parlé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Alliance des civilisations
commenter cet article

commentaires

Paul Rhoads 21/04/2010 15:04


Exactement!!!


Lucien S.A Oulahbib 21/04/2010 23:44



Hello Paul !


 


we are in Stefania flat in Milano...


 


Bybye...