Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 19:09

st-trop-paques-20040050.jpgSaviez-vous que l'Oréal débuta en 1909 grâce à un jeune chimiste qui se lança dans la teinture de cheveux ? (NRJ débuta en 1980 dans un deux pièces cuisine métro Télégraphe) ? Puis de fil en aiguille...

On est donc très loin de la classique histoire des fameux " maîtres des forges " familles puissantes et ancestrales dominant le capitalisme de père en fils. Ici, l'esprit d'innovation doublé de l'esprit d'entreprise triomphe, mais devient aussi la proie des aventuriers éternels piranas venus du fond des âges, moustiques attirés par la chaleur des biftons si bien décrits de tous temps, en particulier par Daudet dans " Le nabab " ; là où les gens très riches mais délués culturellement (malgré une généalogie prestigieuse côté Liliane Bettancourt) tentent de compenser ce manque à être par le fatras des (fausses) apparences que leur soufflent  (dans tous les sens de ce terme) les aventuriers de pacotille. Car qui est-il ce vieux beau de photographe que l'on entend sur les cassettes comme dans un vieux feuilleton radiophonique des années 40 sinon le cynique classique ayant été dessiné peu à peu dans les allées folles de la Galerie des Glaces à l'époque du Grand Siècle puis renforcé mécaniquement, peaufiné dans les années 30, un goût de répit, de dépit sur les lèvres avides ; enfin inséré mais échappé d'un film de Visconti dans les années 60, avec le Bleu de Klein bien sûr comme unique paramètre celui de vampire mondain.

Le nihilisme relativiste qui domine aujourd'hui sous le farfelu barbelé des tranchées idéologiques débute à droite en réalité, Blanchot était disciple de Maurras, lui qui a tant fasciné Bataille, Foucault etc ; en fait la trouée soixantehuitarde vient bien plus des errances bourgeoises et aristocrates que des commanditaires gauchistes mis en minorité par les staliniens jusque dans les années 80, le nihilisme de ces derniers étant plus ouaté, masqué, avec ces fêtes qui duraient des semaines cependant au Kremlin lors des anniversaires de Staline.

Aujourd'hui cet anarchisme de droite qui a en fin de compte inspiré l'anarchisme de gauche (Derrida en est un parfait exemple avec son "a" d'anarchie placé au sein du mot de "différance", et que je traduis par diffé/rance) c'est ce côté rance que l'on nous jette à la gueule désormais en sommant d'y croire mais avec cette grandiloquence de décadents de fin de race, ce qui permet d'en rire, un peu ; dans la révolution qui vient il faudra aussi écarter ces pédants bien plus dangereux en réalité que la caillera parce que ce sont eux qui la légitiment aidés en cela par leurs imitateurs ; on aura compris : c'est le cynisme des sous Céline et non celui de Sartre qui a dominé la période, Sollers l'avait compris avec " Femmes" qui le propulsa dans le beau monde, plein aux as, mais vide, sec, esseulé, dans ses beaux appartements dont il ne comprend plus le sens hormis celui donné par l'art contemporain c'est dire. C'est ce genre d'aaartistes tristes qui grouillent un peu partout, les uns suçant jusqu'à l'os une Bétancourt jetée dans l'assommoir du clinquant, les autres avides de vider tout son argent, 50% étant jugés notoirement insuffisants pour nourrir non pas le peuple, pensez ! mais la foison des commissions tartempion et autre conseil économique et social.

Il n'est pas étonnant par exemple qu'un Frédéric Mitterrand ait pu être nommé, sans parler de certains autres. Le règne des simulacres peut continuer, jusqu'à l'affaissement qui apparaîtra comme un "lâche soulagement" avait écrit De Gaulle lorsqu'il décrivit l'état d'esprit de la Débâcle

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires