Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 22:52

p_carteextirieure.jpg(Le Café du Commerce  (au sens figuréa toujours indiqué le pouls d'un moment qui est une question de degré: le sentiment émerge dans la réflexion à brûle pourpoint, il est juge de l'intuition, ce sonar spectral (le savoir absolu hégélien, l'intuition catégoriale husserlienne) qui se diffracte en esprit dans l'âme du monde ; et comme l'a initié Socrate, elle n'a en fait qu'à se calibrer dans la discussion pour enlever les dernières scories sensibles singulières qui en courbent trop l'effet, à la façon d'une moyenne pondérée qui élève l'intersubjectivité vers la vérité transcendentale et, de là, peut enfin percevoir (percer le voir) (de) la Vérité, tel Persée qui maîtrise les méandres innombrables de la Méduse Temps, et en montre la tête (le Concept).


Syrie :

 

Il est temps de fonder l'OND remplaçant l'ONU qui avait elle-même supplanté la SDN. OND : Organisation des nations démocratiques. Comme la Chine et la Russie mettront le veto en cas de sanction, et comme il est hors de question d'attendre des dizaines d'années avant que ces pays s'effondrent, il faut que les pays réellement démocratiques arrêtent avec le relativisme et l'hyperréalisme des années 60-70 en rompant avec toutes ces structures étatiques, OCI compris, qui ne respectent pas les droits humains fondamentaux.

Les responsables syriens par exemple sont des néonazis qui viennent assassiner les opposants dans leur lit, comment oser continuer à serrer la main d'une de leurs créatures ?

Leur propagande, la plus dure de tous les pays dominés par le nationalisme arabe, soutient mordicus qu'il s'agit de terroristes islamistes, alors que tout le monde sait qu'il n'en est rien, même si les islamistes jouent leur jeu ; et ce n'est pas parce qu'ils le jouent qu'il faille en retour se dire mieux vaut Assad ou le chaos alors que Assad c'est le chaos.

Il attend le feu vert des khomeynistes iraniens pour jeter ses robots du Hezbollah à l'assaut, espérant par exemple que l'autre chaos s'annonce fin septembre 2011 lorsque le Hamas et son affidé amoindri du Fatah déclarera son "indépendance" ; aussi l'important aujourd'hui consisterait à porter le débat à hauteur de jeu démocratique et d'indiquer que la question cruciale n'est pas Israël mais la démocratie réelle dans cette région ; comme les peuples de ces contrées l'ont indiqué en majorité, malgré l'armée et leurs jouets islamistes. Il faut donc que la France mène la fronde et indique qu'elle va quitter l'ONU telle date, si celle-ci ne se réforme pas en profondeur... 

 

*

 

Coptes :

 

Les musulmans dits islamistes croient leur jour arrivé et donc font pression, ils ne veulent pas de l'équité avec les chrétiens (ne parlons pas des juifs décimés, expulsés, déchus de leur nationalité après l'arrivée de Nasser au pouvoir) alors que les musulmans restent en réalité étrangers à la terre d'Egypte, ce sont des envahisseurs qui ont été tolérés durant des siècles parce qu'à la suite du règne des berbères Fatimides, et la victoire des esclaves Mamelouks (non musulmans au départ, bien que Turcs), la civilisation islamique (plus que l'islam lui-même) semblait unifier les forces sociales alors qu'en réalité elle immobilisait leur énergie (surtout depuis sa prise directe par les Ottomans) jusqu'à l'arrivée de...Napoléon.

Mais ensuite, pris entre deux feux, la modernité en marche et le renouveau salafiste via le wahhabisme qui refait surface en Arabie au milieu du XIXème siècle, l'Egypte n'a jamais pu renouer avec la grandeur pharaonique ; certes, on pourrait dire la même chose de la Grèce, voire de Rome, etc ; sauf que la Grèce, hormis de brèves périodes, n'a jamais été unifiée sinon contre la Perse ou sous domination macédoine (Alexandre); et lorsqu'elle a été dominée par Rome puis par la Turquie, la Grèce disparut de l'Histoire, mais non sa civilisation bien entendu ; (sauf que les Romains, conscients de cet état de fait préféraient l'histoire et le droit à la philosophie qui à hautes doses fait de mauvais soldats...). Mais Rome alors ? (nous sommes en brèves d'Internet donc allant de fil en aiguille etc)

Rome est mort de son centralisme, étatisme (période de l'Empire) Rome est morte non pas comme République mais Empire : cela veut dire que les élites se précipitaient vers Rome (même Jugurtha l'a fait)laissant le flanc de l'Empire aux moins doués et aux Barbares... Idem en Egypte où tout se passait au Caire...tandis que le reste de l'Egypte se vitrifiait peu à peu dans le féodalisme dégénéré avec l'islam comme ciment mais au sens d'immobiliser et non de construire... Aujourd'hui la ou plutôt les sociétés égyptiennes veulent bouger, mais les forces conservatrices se conjuguent (y compris à l'extérieur) pour l'en empêcher : mieux vaut une Egypte amoindrie qu'une Egypte forte, même démocratique, voilà ce que les cyniques disent, les mêmes qui jouaient le Hamas contre le Fatah et maintenant ont et le Hamas et le Fatah en face d'eux...

 

*

 

Radars :


Une accidentée sur RTL disait qu'elle avait été heurtée par un conducteur ivre et en excès de vitesse ; gageons que l'alcool a bien plus à voir que la vitesse ; par exemple l'Italie et l'Allemagne ont moins de morts que la France, (mais plus pour l'Italie en moyenne pondérée...) alors que la vitesse sur autoroute n'est pas bridée  (je l'ai vérifié en Italie avec des pointes à 170 sans souci sur Milan-Venise, Rome-Naples, et j'étais lent par rapport aux natifs...) ; mais il faut dire aussi que la moitié des morts concernent les automobilistes et il faudrait décompter les somnolences (près de 1/3), l'alcool donc, et l'excès de vitesse en effet mais sur le réseau...secondaire ! En fait les radars devraient être installés plutôt là.

Mais tout cela révèle deux choses : 1/ la non pertinence de cette politique (l'emplacement des radars, la surlimitation de vitesse) laisse accroire qu'il s'agit uniquement de raket étatiste ; 2/ l'Etat agit ainsi pour limiter le déficit de la SS.

Or, il serait possible à la fois d'avoir une politique cohérente en lien avec tous les acteurs concernés (victimes, conducteurs auto/moto, assureurs) et à la fois laisser libre la protection sociale qui pourrait s'articuler également avec le système des assurances véhicule, tout en faisant des économies d'échelle en s'associant à l'international ; bref nous avons les inconvénients de l'étatisme et de l'affairisme besogneux du fait d'un marché réduit aux mutuelles et aux assurances hors protection sociale...

 

Sage-femmes :

Voilà pourquoi d'ailleurs les sage-femmes libérales manifestent assujetties à un 19 euros horaire alors que les médecins sont à 23...Or ces limitations, comme autrefois le pain, n'ont aucun sens sinon justifier la mainmise étatique sur la protection sociale qui se porterait bien mieux sans lui, à partir du moment cependant où certains principes sont partagés, comme la mutualisation des soins lourds, la création d'un fonds commun de solidarité auquel on peut aussi contribuer par déduction fiscale.

 

RSA (et CMU !) :

 

Un dernier (pour la "route"...) : si les charges n'étaient pas aussi lourdes (étatisme droite et gauche, les funambules du FNUMPS), si les nouvelles technologies (OGM comprises) n'étaient diabolisées, l'innovation bridée, l'Université, l'école, libérées, si, si, si, peut-être qu'il n'y aurait pas besoin de cet assistanat.

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas de la solidarité, mais il est vrai qu'il y a les abus vis-à-vis de la CMU par exemple : ainsi mon dentiste m'explique que vous êtes étranger avec un permis de séjour de 3 mois vous avez droit à la CMU donc y compris le droit aux couronnes avec possibilité de demander un fonds complémentaire  (+ le travail au noir) alors que des français (d'origine étrangère aussi bien) mais dépassant le barème n'auront pas le droit à cela, sauf mutuelle (assez chère vu la taille réduite du marché...). Aussi faire du buzz pour exiger que les rsaïstes travaillent 5 heures par semaine est ridicule vu l'énormité de la faille qui explique bien pourquoi le FN a réussi à se refaire une santé depuis 2007...

En fait, il ne s'agit pas de "vivre ensemble" seulement, chacun écrasé par sa communauté, mais d'être ensemble :on partage des choses ensemble sans empiéter sur la liberté de chacun ; voilà le réel programme qu'il s'agirait de défendre en 2012...


Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires

Roland 15/05/2011 07:28


Bonjour,
Pourquoi tant de bruit pour une déclaration de bon sens. Est-il normal que des personnes qui perçoivent une aide de la collectivité ne puissent pas à leur tour participer à une contribution même
minime à un travail pour cette collectivité.
Pourquoi des droits sans contreparties?
Par ailleurs dans le "Figaro" du 13 mai 2011, page 38, un petit entrefilet concernant Mediapart dans l'affaire qui l'avait opposé en 2010 à François Perol.
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné pour diffamation publique le site Médiapart. Son directeur Edwy Plenel, devra payer 3 000 euros de dommages et intérêts.


maurice 13/05/2011 14:25


Il est tout de même curieux que la question de la vitesse automobile soit un problème aussi aigu dans la conscience des citoyens lambda, qui en font une affaire symbolique de leur liberté, comme si
la conduite de véhicules sur un espace public était un enjeu de la liberté et l'essence même de celle-ci. Il n'est pas certain que la liberté se réduise à cette conception égotiste, de ce que "je
veux sans entrave", alors que la liberté devrait être le contraire, à savoir la capacité de se limiter soi-même, en conscience du fait que je ne suis pas seul sur la route et qu'il y a les autres
et des impondérables de toute sorte. Un autre problème, qui est celui de l'économie même concernant notre vitesse, j'ai toujours pensé qu'en France un certain laisser faire en cette matière,
conduire plus vite et au niveau de la masse globale roulante, permet un plus grand gaspillage de combustible, qui fait rentrer d'autant les taxes trés élevées prélevées sur le prix du carburant, et
même on peut supposer un calcul cynique de l'état lorsqu'il a installé ses radars fixes, en sachant trés bien, qu'aussitôt ceux-ci passés, tous les chauffeurs remettent aussitôt la gomme, et ainsi
redonne un coup de surconsommation. D'autant remarquerons nous une présence trés rare de la maréchaussée, si ce n'est là où ile se passe pas grand chose, sur des giratoires pour contrôler le port
de la ceinture, comme si le fait de ne pas la mettre mettait gravement en danger la vie des autres. Il y a certes les contrôles d'alcoolémie, mais c'est l'objet de tant de plaisanteries dans les
bars ou ça développe les voitures sans permis qui sillonent nos campagnes En réalité l'automobiliste se croyant libre, n'a absolument pas conscience qu'il travaille pour un système global, qui va
des taxes d'état à l'industrie automobile et au lobby pétrolier en passant par les entreprises routières, les fabricants de radar, et ensuite au système hospitalier médical pour finir à la morgue
ou paraplégique à vie.Voire Günther Anders dans le deuxième tome de "l'obsolescence de l'homme" (éditions Fario) Alors effectivement dans ce domaine on est dans les lieux communs les plus éculés,
je ne crois pas que ce soit une question vraiment fondamentale. Les comportements sur la route et le rapport à sa voiture relève d'un reliquat d'infantilisme ou d'une sexualité mal
assumée."Broum-broum" la route n'attend pas, elle nous dévorera tous et en particulier ce que nous avons de plus précieux, notre vraie liberté.