Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:49

icComme dans un tamis ce qui reste après la confusion de l'écoulement devient lumineux, mais sa brillance, malgré sa nouveauté est partiellement connue : en effet, les citoyens les plus valides encore et les plus teigneux réussissent certes à mettre un bulletin au fond d'une urne de plus en plus esseulée, mais celui-ci dessine, presque comme toujours depuis 1792, d'un côté la volonté de préserver une certaine idée de la France millénaire -au-delà des conflits d'intérêts, de l'autre la volonté de transformer la France jusqu'à la faire disparaître au nom de l'intérêt de la Raison et aujourd'hui au nom de l'intérêt du monde posé comme sauveur suprême.

Plus prosaïquement : les uns ne voient pas pourquoi la présence de l'étranger, les changements en matière de moeurs, la mondialisation des échanges et leur globalisation, devraient, automatiquement, forcer au changement jusqu'à se voir imposer des comportements et des modes de vie qui ne sont pas issus d'une maturation propre à l'être ensemble français et à son esprit. Les autres toisent toutes ces exigences avec le mépris qui sied pour tout ce qui vient de "province" puisque ce qu'ils voient, eux, au fond de ses yeux, ne serait que refus forcené de ne pas s'ouvrir. Est-ce si sûr ?

Car au fur et à mesure que le peuple parle, même s'il murmure seulement tant il a été rendu atone, c'est bien de chuchoter (comme un malade à la recherche d'une hypothétique convalescence) que le refus de se voir opérer  (sans anesthésie) d'une maladie imaginaire n'a rien à voir avec le couple infernal racisme/réaction négative, mais plutôt avec l'idée de se persister dans son être ensemble, de se conserver, positivement déjà, tant l'affinement est pour l'instant hors d'atteinte. 

En clair, il n'est pas du tout évident que tout vote pour le Front National doit être lu sous le prisme du racisme c'est-à-dire de la supériorité d'une race, d'une nation sur toutes les autres, doublé d'un conservatisme nationaliste refusant tout changement quel qu'il soit. Dire que le vote du FN c'est cela même, prouve que l'analyse politique en France a atteint le degré zéro et même creuse en dessous.

Ce qui ne veut cependant pas dire que tout vote non FN serait anti-France et voudrait, de façon opiniâtre, donner à la notion d'ouverture la définition de ni portes ni fenêtres telle que le promeuvent avec obstination, énervement, et sun un ton totalitaire les adeptes du "sans".

Reconnaître que le vote du FN a du sens qui n'a pas à être catalogué de racisme dans son essence, ne veut pas dire qu'il faille le considérer comme la seule issue pour résoudre ou du moins bien évaluer les problèmes qui se posent à la France.

Le fait que ni l'UMP ni le PS ni aucune des autres forces ne sont en mesure de se hisser à hauteur de jeu ne veut donc pas dire que faute de mieux le FN ; d'où d'ailleurs l'abstention, principale réponse du peuple de France, et qui sans doute baissera pour les élections présidentielles mais repartira de plus belle pour les législatives ; et ce tant qu'une autre force capable de prendre au sérieux les problèmes posés à la France (depuis au moins sa défaite de 1940) ne sont toujours pas pris à bras le corps, malgré les cocorico sur telle ou telle réformette prise à la hâte et sans se soucier qu'il ne suffit pas de couper les vivres de l'Etat au niveau central (tout en les transférant sur l'impôt local) pour répondre aux réels besoins de liberté, de réelle libération de la France emprisonnée toujours dans le camp de la peur par les adeptes nostalgiques de l'Etat jacobin qui se sont accaparés de l'esprit du bien commun pour préserver leur emprise sur la France.

Ici s'arrête l'analyse politique, commence le combat pour construire cette force qui refuse à la fois la dilution de la France, et sa restauration dans un monde monarchique absolue qui nous a menés à cette dilution, mais ceci est une autre histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib
commenter cet article

commentaires