Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 15:05
bruxrome0064.jpgLe hallal, les piscines, etc, après tout les puristes de la statistique vous regardent de haut :"tout cela est insignifiant et plutôt raciste/islamophobe". Ils peuvent également désigner le cacher et quelques autres scènes communautariennes propres à d'autres ethnies, et donc relativiser l'ensemble ; sauf que, cependant, on peut objecter (un peu, juste pour le fun) qu'il y a une grande différence entre un magasin qui se déclare dès le départ hallal ou cacher et une grande enseigne qui brusquement non seulement fait du hallal, mais exclut tout porc ("ils ont qu'à manger du poisson" rétorque, sèchement, la secrétaire d'Etat Fadela Amara), ce qui montre par ailleurs bien, là, le caractère neutre de la technique capitaliste, et l'aspect expansionniste de certaines exigences, mais passons, la bataille du hallal est gagnée comme celle du nikab au fond parce que des batailles bien plus monstreuses se profilent à l'horizon.
La prochaine et grande étape, qui a déjà commencé au Canada, en Allemagne, au Royaume Uni, consiste à exiger que le droit à la différence ne soit pas empêché par le droit à l'égalité. C'est d'ailleurs le grand thème des partisans du multiculturalisme : il n'y a pas à imposer "nos" conceptions en matière de droit ; il faut donc accepter, concernant déjà la finance et le droit civil, non seulement des tribunaux de la différence, mais aussi accepter toutes sortes d'inégalités : déjà entre hallal et non hallal, le hallal ayant primauté ; puis accepter, comme cela s'est fait en Hollande, des hôpitaux séparés, puis, des cantines séparées, partout, et, pourquoi pas, considérer qu'en définitive l'égalité homme femme est un point de vue occidental qu'il serait discriminatoire de ne pas pour le moins interroger (dans une première étape bien sûr) : ainsi le débat autour du nikab tourne déjà et sans le dire autour de ce principe : si les femmes ont le droit de le porter alors elles se soustraient de fait au droit occidental contemporain stipulant que hommes et femmes peuvent échanger des regards accompagnés éventuellement de sourires, or, en acceptant le nikab on accepte de fait une inégalité entre êtres humains puisque  les possibilités de voir les cheveux, d'échanger des regards, des sourires sont de plus en plus soustraits, effacés, et, disons le mot, amputés. Il suffira alors de décréter dans une seconde étape que les rapports hommes-femmes doivent être
également vus juridiquement du point de vue du principe de différence  : ainsi les juges (dont on peut déjà repérer l'efficacité en matière de protection de la propriété privée lorsqu'il s'agit par exemple de récupérer son logement loué mais non payé depuis des années) devront statuer entre les deux principes d'égalité et de différence, puis, dans une troisième étape, lorsqu'ils seront las de la pression dans les prétoires, etc, ils jugeront qu'en matière de conflit matrimonial, le tribunal communautaire sera plus "approprié" du moins sur une base volontaire, car autrement il faudrait réviser la Constitution, ce qui n'est pas, encore, d'actualité. Sauf si les choses dégénèrent, et que les personnes actuellement aux affaires décident d'aller plus loin encore en expliquant tout simplement ce qu'ils disent depuis trente ans à savoir que tout conflit est causé par "l'exclusion"donc il faut faire ces "accommodements raisonnables", donc, il faut, en quatrième étape, introduire la "diversité" dans la Constitution ; il y a bien la "précaution", pourquoi pas la "diversité"? Et la diversité ne serait-elle pas une sorte de principe de précaution diront quelques centristes soucieux de ménager quelques susceptibilités "laïques"(qui seront montrées du doigt en les considérant comme "rance, moisi" "néo-réactionnaire"). Dans ces conditions les juges se sentiront bien plus légitimés à trancher du côté du "respect de la diversité" donc de la "différence" donc à renvoyer le fait qu'un homme donné batte sa femme devant le tribunal de sa communauté, à partir du moment où cela n'aura pas été classé par le procureur comme relevant du pénal. Et comme le juge d'instruction est appelé à disparaître et que le procureur sera seul habilité à instruire l'enquête, il peut fort bien statuer que dès le départ la plainte déposée relève plutôt du tribunal "de la diversité" et le tour sera joué. La cinquième étape serait qu'une partie du pénal bascule aussi dans le domaine de la "diversité", (par exemple les atteintes "légères" aux personnes : coups, insultes, vols,etc), mais là ce serait plus dur, encore que, il est fort possible que les juges et procureurs postmodernes, très alertes en matière de coup de fouet sado-maso, observent que la bastonnade préconisée en Islam, est somme toute assez similaire, si et seulement si cela se fait sur une base "volontaire" : se faire fouetter par un beau bourreau avec une belle barbe (c'est une belle image, vous savez, comme celle qui ouvre le film "Cabaret"mais, chut, cela reste entre nous bien sûr...)



cela peut alors intéresser nombre d'adeptes de Sader Masoch lecteurs de Foucault et Deleuze qui pourraient fort bien non seulement défendre ce "point de vue", mais aussi demander à être jugé par le "tribunal de la diversité" lorsqu'ils se feront attrapés à "résister" en sabotant des trains, des raffineries, des usines, n'est-ce pas là aussi un comportement de la "diversité" ? Celle-ci n'étant pas seulement ethnique, mais politique, métaphysique, théologico-politique (Badiou se réclame bien de St Paul) pourquoi pas, la réalité dépasse souvent la fiction.
Il resterait l'ultime étape, certaines atteintes plus lourdes à la personne : le viol d'une épouse par son époux ; cela pourrait fort bien être reconsidéré ; d'ailleurs certains, je l'ai déjà signalé, (comme l'avocate Iacub) observent que le viol ne devrait pas être qualifié de crime. Nous n'en sommes pas encore là bien sûr. Beaucoup d'autres étapes seront nécessaires. Sans doute beaucoup d'accomodements raisonnables, beaucoup de Quick, de prières dans la rue, dans les entreprises, les écoles, etc, puis une alliance Besancenot Cohn Bendit, puis avec Mélanchon, puis une brisure au sein du PS, une aggravation de la crise mutationnelle qui couve depuis trente ans, la réaction de jeunes nationalistes (pourtant assez d'accord lorsqu'il s'agit des Juifs et d'Israël), puis l'atermoiement de la classe étatiste dirigeant actuelle de plus en plus hagarde et considérant que l'optique de la "diversité"pourrait être en fin de compte le point de passage obligé (via Thuram, Jamel Debbouze, Diams, etc) pour préserver leur pouvoir vacillant. Mais nous n'y sommes pas encore, Dormez braves gens !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires