Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 11:20

Il est assez curieux d’observer que l’autobiographie dévoilant des pratiques sexuelles peu courantes a toujours fait la une du tout m’as-tu-vu des salons où l’on cause: depuis des lustres, soutenues par des éminents écrivains, jusqu’à Gide qui aimaient les petits nords africains (dans Corydon nous dit Alain Gérard Slama sur RTL) en passant par Michel Foucault et consorts qui défendaient Roman Polanski comme je l’avais montré dans La Philosophie cannibale et avant ce livre dans Ethique et épistémologie du nihilisme .

J’avais attiré l’attention sur l’utilisation du sexe non pas seulement comme recherche extrême de désir ultime mais comme outil nihiliste de destruction dont le maniement serait mis sous la responsabilité d’un "système" ce qui déresponsabilise puisque l’on ne peut pas réfréner sa dépendance, surtout lorsqu’il articule argent et sexe, ces deux mamelles de la société marchande qui sont en même temps un moyen d’accomplir ses besoins et aussi de s’y consumer, d’y expier, ce qu’explique en gros Frédéric Mitterrand à la façon d’un Georges Bataille (et de Gabriel Matzneff) lorsqu’il dit  dans son livre : 

"Tous ces rituels de foire aux éphèbes, de marché aux esclaves m’excitent énormément […] On ne pourrait juger qu’un tel spectacle abominable d’un point de vue moral, mais il me plaît au-delà du raisonnable […] La profusion de jeunes garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de réfréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas."

Polanski, et son viol anal sur mineur drogué auparavant, comme l’a souligné Daniel Cohn Bendit peu soucieux de collusion avec l’extrême droite, Mitterrand et son tourisme sexuel dévoilent qu’une tyrannie nihiliste des moeurs a remplacé la bigoterie d’antan, mais que la société civile refuse ce nouveau droit de cuissage, même si cette dénonciation emprunte des voies non exemples elles aussi de transparence, peu importe, puisque le débat peut être lancé : la notoriété suffit-elle pour pardonner l’innommable ? L’autobiographie justifie-t-elle le satisfecit vis-à-vis de moeurs jetées en pâture sans retenue aucune sinon le fait du Prince ? Autant de questions que l’on ne peut écarter avec mépris en dénonçant la collision avec " l’extrême droite" ce qui n’a rien à voir. Les ballets roses, visiblement, transcendent les divisions politiques et dénotent seulement de l'état de décomposition atteint. On peut comprendre dans ce cas ce désir impétueux de purifier la Terre de sa présence humaine par compensation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lucien S.A Oulahbib - dans Amour et paix
commenter cet article

commentaires